Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis estiment que le rapport de l’ONU sur Israël et la...

Les États-Unis estiment que le rapport de l’ONU sur Israël et la Palestine « ne permet pas d’avancer » en matière de droits de l’homme.

0

Washington critique la « nature ouverte et mal définie de la commission d’enquête » du Conseil des droits de l’homme de l’ONU.

Paris, Jun. 8 (Cinktank.comE) –

Le gouvernement des États-Unis a déclaré que le rapport publié mardi par une commission d’enquête des Nations unies, qui désigne l’occupation israélienne comme la principale cause de l’instabilité et des tensions dans la région, « n’aide pas à avancer » dans la recherche du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales.

La présidente de la commission, Navy Pillay, ancienne haut-commissaire des Nations unies aux droits de l’homme, a déclaré dans son rapport que lorsque les causes sous-jacentes des tensions entre Israéliens et Palestiniens sont examinées, elles pointent « massivement » vers Israël. Elle a déclaré qu’il s’agissait d’un conflit de « nature asymétrique », dans lequel « un État en occupe un autre ».

Ce premier rapport identifie les déplacements forcés, les démolitions de maisons, l’expansion des colonies et le blocus de la bande de Gaza comme les principaux facteurs contribuant à un plus grand ressentiment au sein de la population palestinienne et, par extension, à une plus grande instabilité.

Les experts ont également averti que l’Autorité palestinienne, qui contrôle la Cisjordanie, utilise l’occupation comme une excuse pour ses propres abus et pour justifier l’absence continue d’élections. Les doutes concernant le respect des droits de l’homme s’étendent à la bande de Gaza, un territoire contrôlé depuis 2007 par le Mouvement de résistance islamique (Hamas).

Lire aussi:   Israël arrête cinq espions iraniens présumés, soupçonnés de collaborer avec l'Iran

En réponse, le porte-parole du département d’État, Ned Price, a souligné que « les États-Unis sont déterminés à faire progresser les droits de l’homme en Israël, en Cisjordanie et à Gaza », ajoutant que « les Israéliens et les Palestiniens méritent le même niveau de liberté, de sécurité, de prospérité et, surtout, de dignité ».

« Comme nous l’avons dit à plusieurs reprises, nous nous opposons fermement à la nature ouverte et mal définie de la commission d’enquête du Conseil des droits de l’homme des Nations unies sur la situation en Israël, en Cisjordanie et à Gaza, qui représente une position partiale qui ne fait rien pour faire avancer les perspectives de paix », a-t-il souligné.


Les Nations unies accusent l’occupation et la discrimination d’Israël d’être à l’origine des tensions avec les Palestiniens.

Il a déclaré que le rapport « ne fait rien pour réduire ces préoccupations ». « Alors que les États-Unis estiment que le Conseil des droits de l’homme des Nations unies joue un rôle crucial dans la promotion du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales dans le monde entier, cette commission d’enquête et ce rapport ne font pas avancer cet objectif », a-t-il fait valoir.

Lire aussi:   Le chef du Front Polisario reçoit l'émissaire de l'ONU dans les camps de Tindouf

M. Price a souligné qu' »Israël est le seul pays soumis à un ordre du jour constant au Conseil des droits de l’homme des Nations unies et a fait l’objet d’une attention disproportionnée par rapport à la situation des droits de l’homme dans d’autres parties du monde ».

« Bien qu’aucun pays ne soit au-dessus des contrôles, l’existence de cette commission d’enquête sous sa forme actuelle s’inscrit dans la continuité d’un modèle de longue date de ciblage injuste d’Israël. Nous avons rétabli le contact et avons ensuite réintégré le Conseil des droits de l’homme des Nations unies afin d’être mieux à même de remédier à ses échecs, y compris celui-ci, et nous continuerons à rechercher des réformes », a-t-il réaffirmé.

Pour sa part, le gouvernement israélien a déclaré mardi que le rapport de la commission « n’est rien d’autre qu’un gaspillage d’argent et d’efforts » de la part des Nations unies, car il le présente comme faisant partie d’une « chasse aux sorcières » du Conseil des droits de l’homme, qui a approuvé les enquêtes. Israël accuse depuis des années cet organe d’agir de manière systématiquement biaisée.

Article précédentLIV Golf, Tiger Woods a refusé une offre énorme
Article suivantAlexander Zverev opéré avec succès : C’était le meilleur choix