Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis critiquent la répression croissante en Russie et en Chine dans...

Les États-Unis critiquent la répression croissante en Russie et en Chine dans leur dernier rapport sur les droits de l’homme.

0

Paris, 12 avr. (Cinktank.com) –

Le Secrétaire d’Etat américain, Antony Blinken, a présenté ce mardi le rapport annuel du Département d’Etat sur la situation des droits de l’homme dans le monde, avec une mention spéciale pour l’augmentation de la répression dans des pays comme la Russie et la Chine.

« Le recul démocratique se poursuit sur plusieurs continents, et l’autoritarisme progresse lentement, menaçant les droits de l’homme et la démocratie, comme avec l’attaque non provoquée de la Russie contre l’Ukraine », note l’introduction du rapport, qui compile les rapports par pays sur les pratiques en matière de droits de l’homme en 2021.

Le rapport couvre l’année 2021, il ne contient donc pas de détails sur l’invasion russe de l’Ukraine, qui a commencé le 24 février, mais il désigne le gouvernement russe comme responsable de violations des droits avec des exécutions extrajudiciaires, des arrestations arbitraires ou des violences physiques par la police et fait référence à l’impunité généralisée des agents des forces de sécurité.

Lire aussi:   Julian Assange a eu un accident vasculaire cérébral en octobre dans la prison britannique de Belmarsch

En ce qui concerne la Chine, Washington affirme qu’elle « continue de perpétrer un génocide et des crimes contre l’humanité » contre les Ouïgours dans la province du Xinjiang et cite la répression des libertés à Hong Kong.

En outre, Blinken a dénoncé le fait que les gouvernements « dépassent leurs frontières pour menacer et attaquer les voix critiques » et mentionne en ce sens le projet iranien d’enlèvement d’un journaliste à New York ou la décision du gouvernement biélorusse de forcer un vol Ryanair à atterrir dans le pays afin de détenir un journaliste qui y voyageait.

Quant à la répression dans leur propre pays, M. Blinken a cité Cuba, l’Égypte et la Russie. Au total, plus d’un million de prisonniers politiques ont été détenus dans 65 pays.

Il mentionne également la « grave érosion des droits de l’homme » en Afghanistan, avec l’arrivée au pouvoir des talibans en août 2021 : arrestations arbitraires de femmes, de manifestants et de journalistes ; représailles contre d’anciens responsables des forces de sécurité et restrictions de la liberté des femmes de travailler et d’étudier.

Lire aussi:   Les pays du G7 annoncent une coopération accrue en matière de liberté de la presse

Sur une note positive, Blinken mentionne l’expulsion de la Russie du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. « Un pays qui commet des violations flagrantes et systématiques des droits de l’homme ne devrait pas siéger dans un organe qui a pour vocation de protéger ces droits », a fait remarquer M. Blinken.

Article précédentAnsu Fati : « Le changement d’entraîneur a été très bon pour nous ».
Article suivantErnie Els, le score le plus bas sur 72 trous jusqu’au par : -29