Accueil Dernières minutes L'International Les États-Unis affirment que la Corée du Nord pourrait tester des armes...

Les États-Unis affirment que la Corée du Nord pourrait tester des armes nucléaires ce mois-ci

0

Paris, le 13 mai (Cinktank.com) –

Les États-Unis ont déclaré jeudi que la Corée du Nord pourrait tester des armes nucléaires ce mois-ci pour la première fois depuis près de cinq ans, après avoir lancé son 16e missile balistique jeudi, quelques jours après l’investiture du nouveau président sud-coréen, Yoon Suk Yeol.

« Les États-Unis estiment que la Corée du Nord pourrait être prête à y effectuer un essai dès ce mois-ci », a déclaré Jen Psaki, porte-parole de la Maison Blanche, lors d’une conférence de presse. Elle a souligné que ces informations sur Pyongyang ont été partagées avec ses alliés et partenaires.

Le président américain Joe Biden doit se rendre au Japon et en Corée du Sud la semaine prochaine. « Il continuera à renforcer ces alliances et à montrer clairement notre engagement envers la sécurité de la Corée du Sud », a-t-il déclaré.

L’armée nord-coréenne a tiré jeudi au moins trois missiles balistiques à courte portée dans la mer du Japon, également appelée mer de l’Est, dans le cadre d’un nouveau défi, selon des sources sud-coréennes.

L’armée sud-coréenne a confirmé les tirs, qui constituent le 16e essai de la Corée du Nord depuis le début de l’année 2022, selon les informations de l’agence de presse Yonhap.

Lire aussi:   M. Trump tiendra une conférence de presse le 6 janvier pour marquer l'anniversaire de l'attaque du Capitole.

La semaine dernière, Pyongyang a effectué un autre essai, qui, selon Séoul, a permis au pays de lancer un missile balistique depuis un sous-marin. Les résolutions adoptées par les Nations unies empêchent la Corée du Nord de procéder à de tels essais. En ce sens, les autorités sud-coréennes se « préparent » aux défis futurs.

Article précédentOffres de rabais Maruti Suzuki en mai : Voir les offres sur Swift, WagonR, Alto et plus encore
Article suivantAustin appelle son homologue russe à un cessez-le-feu, pour la première fois depuis février.