Accueil Dernières minutes L'International Les Afghans déplacés affirment qu’ils doivent vendre leurs organes pour survivre.

Les Afghans déplacés affirment qu’ils doivent vendre leurs organes pour survivre.

0

Paris :, 16 janvier (Cinktank.com) –

Des familles déplacées dans un camp d’accueil de la province afghane de Balj se sont plaintes d’être obligées de vendre leurs enfants et leurs propres organes, comme des reins, pour survivre à l’hiver rigoureux qui commence à ravager ce pays d’Asie centrale.

Les familles sont originaires des provinces du nord du pays, telles que Sar e Pul et Faryab, et survivent avec l’aide d’organisations caritatives qui tentent de collecter des fonds pour les dissuader de vendre leurs enfants – un enfant « coûte » 1 250 euros – ou leurs reins – qui se vendent environ 1 850 euros, rapporte Tolo News.

Ces familles vivent désormais dans la capitale provinciale, Mazar e Sharif. « Nous sommes débordés. Personne ne fait attention à nous. Nous avons de gros problèmes », déclare l’une des personnes déplacées, sous couvert d’anonymat.

L’une des personnes déplacées forcées de vendre ses organes est Dilbar, qui a cédé un de ses reins pour sauver son fils malade. « Je l’ai apporté à l’hôpital mais les médecins m’ont dit qu’il n’y avait aucune possibilité de payer le traitement avec ce que j’avais », a-t-elle déclaré.

Le chef du comité de bienfaisance responsable du camp de personnes déplacées, Mohamad Sadiq Hashimi, a appelé les hommes d’affaires nationaux à redoubler d’efforts pour aider les personnes dans le besoin à travers le pays.

Lire aussi:   HRW appelle les États-Unis et la Corée du Sud à négocier avec la Corée du Nord sur les droits de l'homme

« Il y avait des sœurs qui étaient prêtes à vendre leurs reins ; certaines l’ont déjà fait. J’ai vu des familles vendre leurs enfants. Nous aurions pu les aider », a-t-il déploré.

Article précédentUn individu lié à la disparition de 43 étudiants d’Ayotzinapa arrêté au Mexique
Article suivantCameron Smith, un prototype de Scotty Cameron