Accueil Dernières minutes L’équipe nationale féminine fait ses preuves à Glasgow et se qualifie pour...

L’équipe nationale féminine fait ses preuves à Glasgow et se qualifie pour la Coupe du monde

0

MADRID, 12 avr. (Cinktank.com) –

L’équipe nationale espagnole de football féminin s’est qualifiée pour la Coupe du monde 2023 en Australie et en Nouvelle-Zélande, mardi, en battant l’Écosse 2-0 à Hampden Park, au terme d’un match terne mais solide.

L’Espagne a renoué avec la victoire lors de son retour aux matchs officiels après le match amical à Alicante contre le Brésil, avec en prime un billet pour sa troisième Coupe du monde consécutive, autre signe de la bonne santé du football féminin national.

La « Roja » n’a pas fait un grand match, ne jouant pas son meilleur football électrique et de qualité, mais il lui a suffi, grâce à un doublé de Jennifer Hermoso, de venir à bout d’une équipe écossaise beaucoup plus compétitive qu’en novembre où elle avait concédé une lourde défaite 8-0, mais sans beaucoup d’arguments pour faire des dégâts.

Jorge Vilda a opté pour trois défenseurs centraux (Mapi León, Ivana Andrés et Andrea Pereira), avec Laia Aleixandri en défense centrale, et Jenni Hermoso et Esther González en attaque, encadrées par Olga Carmona et Shei García, toutes deux sur l’aile, cherchant à imposer leur football face à une équipe écossaise qui est entrée en force.

L’équipe locale a eu une très bonne occasion avant la première minute lorsque Carmona a d’abord sauvé près de la ligne de but, puis Aleixandri, mais au fil des minutes, l’Espagne a commencé à dominer le jeu, même si elle a eu du mal à atteindre le but d’Alexander avec clarté.

Lire aussi:   Le PDG de Signal démissionne, Brian Acton, cofondateur de WhatsApp, assure l'intérim.

Les Britanniques, qui comptaient sur leur physique pour contrer la qualité supérieure des visiteurs, ont commis une erreur qui a fait pencher la balance en faveur de leurs adversaires. Alexia Putellas a récupéré un ballon dans la surface et l’impulsion de Docherty a conduit à un penalty innocent pour le débordement de la capitaine, que Jenni Hermoso a transformé en 1-0.

A partir de là, le jeu, malgré son rythme, ne s’est pas traduit par des occasions. Sandra Paños n’a pas eu à intervenir ni à vivre avec trop d’angoisse, tandis qu’Alexander n’a pas non plus souffert autant qu’à La Cartuja, même si elle a dû arrêter Esther González à l’extérieur de la surface alors que l’attaquante l’avait déjà débordée et qu’elle était à portée de main pour porter le score à 0-2 dans ce qui était la meilleure occasion de l’Espagne jusqu’à la mi-temps.

L’Espagne a été plus dominante après la pause, mais elle a continué à manquer d’étincelles dans les derniers mètres. Esther Gonzalez a eu deux occasions dans la surface mais n’a pas réussi à les terminer, tandis que l’Écosse a eu du mal à passer le milieu de terrain et n’a même pas pu surprendre en contre-attaque.

Lire aussi:   Maruti Suzuki devrait lancer un véhicule hybride puissant l'année prochaine et un véhicule électrique d'ici 2025.

Malgré cela, l’équipe de Pedro Martínez se créait une bonne occasion par l’intermédiaire d’Emslie, mais l’attaquante ne parvenait pas à contrôler son tir et se retrouvait trop loin devant le but de Sandra Paños, le temps pour Shei García de corriger. Une autre frayeur est survenue lorsque le tir de Cuthbert a heurté Ivana Andres et est passé tout près de l’égalisation.

Alors que l’équipe locale semblait être la meilleure, Vilda a fait entrer Bárbara Latorre et Ona Batlle à la place d’Esther González et d’Andrea Pereira pour jouer à quatre derrière, mais sans trop de temps pour qu’elles puissent s’assimiler, Jenni Hermoso a marqué après une superbe talonnade d’Alexia Putellas pour mettre les filles sur la voie d’une Coupe du monde qui, il n’y a pas si longtemps, semblait presque un exploit.

Article précédentLes États-Unis affirment que le régime russe est devenu de plus en plus agressif et répressif.
Article suivantRichard Bland, le plus ancien vainqueur du tour