Accueil Dernières minutes L’équipe nationale féminine cherche à peaufiner son dispositif et à développer sa...

L’équipe nationale féminine cherche à peaufiner son dispositif et à développer sa base de supporters.

0

MADRID, 6 avr. (Cinktank.com) –

L’équipe nationale féminine espagnole de football affrontera un autre grand rival ce jeudi au stade Rico Pérez d’Alicante (20h00/Teledeporte) contre le Brésil, contre lequel elle voudra prolonger sa série d’invincibilité et également battre son propre record d’affluence, en profitant de la dynamique générée par ce qui s’est passé la semaine dernière au Camp Nou.

Il y a trois ans, l’enceinte d’Hercules avait déjà accueilli une foule record pour voir l’équipe nationale affronter les puissants États-Unis. Ensuite, malgré une mauvaise nuit à Alicante, avec le froid, le vent et la pluie, il y a eu 9 182 spectateurs, un chiffre qui a été dépassé quelques mois plus tard avec 10 444 à Riazor contre l’Azerbaïdjan.

Cependant, avec l’attente suscitée par le choc de la Ligue des champions entre le FC Barcelone et le Real Madrid et le record mondial de 91 553 personnes assistant à un match de football féminin, les supporters d’Alicante pourraient être encouragés à remplir au maximum un Rico Pérez de plus de 29 000 places et à donner de la chaleur à une équipe qui compte 19 matches sans défaite, dont 17 victoires, et un seul but encaissé.

L’Espagne est de retour en action près de deux mois après la puissante Arnold Clark Cup, dans ce qui était le premier test avant le championnat européen de l’été prochain en Angleterre. L’équipe de Jorge Vilda a quitté l’Angleterre avec une seule victoire, le 1-0 contre le Canada lors de son dernier match, et deux nuls contre les puissances européennes que sont l’Allemagne (1-1) et les hôtes (0-0).

Bien que l’équipe nationale ait eu des moments de bon football lors de cet événement, elle tentera maintenant de retrouver sa version la plus dévastatrice de 2021 contre le Brésil, finaliste en 2007, mais moins puissant que par le passé et qui se trouve sur le sol espagnol pour préparer la Copa America. En fait, la progression des deux équipes a été différente et l’Espagne est déjà septième au classement FIFA, devant les Brésiliens, qui ont chuté à la neuvième place.

Lire aussi:   Zozulya : "Poutine est une réincarnation d'Hitler".

Ce match amical servira à Vilda et aux internationaux de préparation pour le match officiel de mardi prochain à Glasgow, où ils tenteront de sceller la qualification pour la Coupe du monde en Australie et en Nouvelle-Zélande en 2023. L’entraîneur madrilène pourrait donc faire quelques tests sur son onze habituel.

Pour le moment, il devra faire face à une absence importante de Patri Guijarro, blessé lors du match de Ligue des Champions FC Barcelona-Real Madrid. La joueuse des Baléares a participé à l’Arnold Clark Cup et il serait plus normal que Tere Abelleira, son remplaçant plus naturel, joue. À ses côtés, deux autres joueuses pratiquement incontestées comme le « Ballon d’or » Alexia Putellas et Aitana Bonmatí, et de bonnes alternatives comme ses coéquipières du Real Madrid Claudia Zornoza et Maite Oroz.

Vilda devra également décider qui jouera sur les flancs de l’attaque après avoir manqué Mariona Caldentey, Marta Cardona et une Athenea del Castillo qui est à un haut niveau. Deux jeunes comme Lucía García et Claudia Pina, en pleine ascension, pourraient être des options aux côtés de la polyvalente Olga Carmona. En effet, sauf surprise, Irene Paredes, absente lors de l’Arnold Clark Cup, Mapi León et Leila Ouahabi devraient être titularisées.

Lire aussi:   Google supprime cette fonctionnalité utile avec la prochaine mise à jour de Chrome pour Android

BRÉSIL, SANS MARTA VIEIRA

Face à eux, le Brésil sort d’un tournoi amical début mars où il n’a remporté aucune de ses trois rencontres, s’inclinant contre la France (2-1) et faisant match nul avec les Pays-Bas (1-1) et la Finlande (0-0).

L’équipe de Pia Sundhage sera privée de son attaquante vedette Marta Vieira, blessée ces dernières années, et alignera un groupe composé de l’attaquante du CFF de Madrid, Geyse Ferreira, l’actuel « pichichi » (meilleur buteur) de Primera Iberdrola. Ses coéquipières Antonia et Gabi Nunes complètent la représentation de la « canarinha » du tournoi espagnol, la colchonera Ludmila da Silva étant également absente.

Ce sera la quatrième fois qu’elles affronteront les Espagnoles qu’elles ont battues 1-0 lors de la Coupe du monde 2015 et 1-2 en amical en 2017, s’inclinant lors de leur dernière confrontation, à Don Benito (Badajoz), 2-1, grâce à des buts d’Alexia et Virginia Torrecilla pour revenir sur l’ouverture du score de Marta.

Article précédentLe Mexique est le cinquième pays en termes de nombre d’armes à feu non enregistrées en circulation.
Article suivantLa régularité du Barça est mise à l’épreuve contre l’Eintracht