Accueil Dernières minutes L'International L’envoyé de l’ONU pour la Birmanie rencontre le premier ministre thaïlandais et...

L’envoyé de l’ONU pour la Birmanie rencontre le premier ministre thaïlandais et discute de la crise post-coup d’État.

0

Au moins trois civils tués dans le bombardement d’un camp de personnes déplacées dans le sud du pays.

Paris :, 18 janv. (Cinktank.com) –

L’envoyée spéciale des Nations unies pour la Birmanie, Noeleen Heyzer, a rencontré à Bangkok le Premier ministre thaïlandais, Prayut Chan Ocha, avec qui elle a discuté de la crise déclenchée dans le pays voisin depuis le coup d’État de février 2021.

La réunion vise à coordonner et à demander une aide internationale pour venir en aide aux personnes déplacées par la recrudescence de la violence en Birmanie, ainsi qu’à tenter de faire pression sur la junte militaire pour qu’elle fasse avancer le projet de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) pour le pays.

M. Hayzer a déclaré dans un communiqué que le Premier ministre « a un rôle clé à jouer pour faire en sorte que la situation ne se détériore pas davantage ». Si cela se produisait, a-t-il averti, « une nouvelle instabilité s’ensuivrait et la zone frontalière deviendrait plus volatile ».

Prayuth a déclaré que les problèmes de la Birmanie sont « complexes » et que la situation doit être abordée « progressivement et en instaurant la confiance avec le dirigeant birman ».

Lire aussi:   Bennett déclare qu'Israël cherche à "former un réseau d'alliances de stabilité et de modération" dans la région.

Il a également souligné que la Thaïlande mène une politique « humanitaire » et que les réfugiés ne retournent sur le sol birman que de leur plein gré, selon des informations du journal « The Irrawaddy ».

Des milliers de personnes sont déplacées dans le pays en raison des combats entre les troupes de la junte et les groupes de résistance armés. Le gouvernement thaïlandais a souligné qu’il avait fourni une aide, telle que de la nourriture et de l’eau, aux personnes déplacées.

Les Nations Unies ont mis en garde contre la détérioration de la situation humanitaire et sécuritaire dans le sud-est de la Birmanie, en particulier dans les États de Kayah et de Kayin, à la suite de l’escalade des combats de ces dernières semaines.

Le porte-parole du Secrétaire général des Nations Unies, Stéphane Dujarric, a demandé un « accès humanitaire sûr et sans entrave » pour les travailleurs de l’ONU dans la région.

TROIS CIVILS TUÉS PAR LE BOMBARDEMENT D’UN CAMP

Les remarques de Dujarric interviennent après que des bombardements des forces birmanes ont fait au moins trois morts, dont une fillette de sept ans, dans un camp de l’État de Kayah. On estime que 162 000 personnes sont toujours déplacées dans les deux États, où plus de 650 maisons, monastères, églises et écoles ont été brûlés ou détruits.

Lire aussi:   Le Bundestag limoge Merkel après ses 16 ans en tant que chancelière

Le secrétaire général du Conseil norvégien pour les réfugiés, Jan Egeland, a exprimé son regret et son inquiétude face à la montée de la violence contre les civils dans le sud-est du pays.

« Nous condamnons l’attentat d’hier, qui a touché des centaines de personnes. Il s’agit de communautés qui ont déjà été chassées de chez elles par la violence et qui se trouvent dans des camps de déplacés pour tenter d’obtenir un peu de sécurité », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Il a appelé la junte à « cesser ces attaques contre les civils ». « Elles font des morts, provoquent des déplacements et empêchent l’accès aux services essentiels et à l’aide humanitaire. Les autorités de facto sont responsables, en vertu du droit international, de protéger la population et nous les appelons à le faire et à remplir leur devoir.

Article précédentPoutine recevra mercredi le président iranien pour discuter des relations bilatérales
Article suivantLe Santiago Bernabéu accueille la chapelle funéraire de Paco Gento