Accueil Dernières minutes L'International Le Royaume-Uni sanctionne des commandants de haut rang de l’armée biélorusse pour...

Le Royaume-Uni sanctionne des commandants de haut rang de l’armée biélorusse pour leur rôle dans l’invasion de l’Ukraine

0

Paris :, le 1er mars. (EUROPE PRESS) –

Le gouvernement britannique a annoncé mardi de nouvelles sanctions à l’encontre de plusieurs hauts commandants de l’armée biélorusse pour leur rôle « actif » dans l’agression russe contre l’Ukraine, dont son chef d’état-major et premier vice-ministre de la Défense, Victor Gulevich, et deux compagnies militaires.

Pour Londres, Gulevich « est chargé de diriger les actions des forces armées biélorusses pour soutenir et permettre l’invasion russe de l’Ukraine ». En outre, « il a mené des exercices militaires conjoints avec la Russie et a consenti au déploiement de troupes russes le long de la frontière biélorusse avec l’Ukraine ».

Avec lui, trois autres vice-ministres du ministère de la Défense, les généraux Andrei Burdyko, Sergei Simonenko et Andrey Zhuk, ont également été sanctionnés. À leur tour, ces mesures seraient également appliquées à deux sociétés militaires dédiées à l’entretien et à la réparation d’aéronefs.

La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a expliqué que cette nouvelle série de sanctions s’inscrivait dans la série de mesures économiques « punitives » contre le président russe Vladimir Poutine et « son peuple ».

« Nous n’aurons pas de repos tant que la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’Ukraine ne seront pas restaurées », a souligné Truss, qui a directement ciblé le « régime » du président biélorusse Alexandre Loukachenko pour « avoir activement aidé et encouragé » cette « invasion illégale depuis la Russie ».

Lire aussi:   La Finlande évalue le resserrement des restrictions d'accès pour les voyageurs en provenance de l'extérieur de l'Union européenne

« Vous serez amené à ressentir les conséquences économiques de votre soutien à Poutine. Il n’y aura nulle part où se cacher. Rien, ni personne, n’est laissé de côté », a averti Truss.

Ces nouvelles sanctions économiques contre les autorités et partenaires de Moscou s’ajoutent à celles lancées le 28 février contre une série de banques russes, dont la Sberbank, qui est ainsi tentée d’expulser des marchés financiers le Royaume-Uni, qui en collaboration avec The United Les États et l’UE ont l’intention de bloquer les importations de haute technologie en provenance de Russie.

Auparavant, et en raison de la répression menée par le gouvernement Loukachenko des protestations contre les élections controversées d’août 2020 au cours desquelles il a revalidé son mandat sur fond d’accusations de fraude électorale, le Royaume-Uni avait déjà imposé jusqu’à cent sanctions à la Biélorussie.

Article précédentLe Real Madrid et Séville, premiers quarts de finale de la Copa de la Reina
Article suivantLa Chine assure l’Ukraine de sa volonté d’œuvrer à la fin du conflit