Accueil Sport Golf Le retour de Tiger Woods, réaction de la presse américaine

Le retour de Tiger Woods, réaction de la presse américaine

0

Tiger Woods est revenu jouer le Masters d’Augusta 508 jours après la dernière fois et la presse américaine a consacré aujourd’hui des pages et des pages au champion qui, après son accident de voiture il y a un an, semblait contraint à la retraite. Selon le New York Times, le Californien a immédiatement montré « des éclairs de grandeur et quelques signes de fatigue », montrant « une apparence rouillée, timide au début de la course et souriant à la fin du premier tour ».

Et même s’il a parfois semblé manquer d’entraînement, il a affronté les nombreuses péripéties de l’Augusta National avec seulement quelques grimaces. Les dommages causés à sa jambe droite, reconstruite avec des plaques et des vis, étaient plus évidents dans son hésitation à s’accroupir derrière sa balle de golf, comme il le faisait autrefois pour lire les putts près du niveau du sol. »

Tiger Woods, réactions

Selon le Washington Post, cette année, il y a deux Masters, « un impliquant Tiger Woods et un autre impliquant les 89 autres joueurs en course ». Ainsi, pour le Wall Street Journal, celui du Californien a été un « retour fracassant, dans une atmosphère électrique » comme celle de l’Augusta National.

Pour USA Today, Tiger en Géorgie a retrouvé « ce rugissement familier », Woods « envoyant immédiatement un avertissement à ses adversaires ». Une fête totale, donc, pour Woods qui a déjà gagné 5 fois à Augusta, la première il y a 25 ans (c’était en 1997), la dernière en 2019.

Lire aussi:   Tim Henman : Emma Raducanu a besoin de temps

Et cette année, 14 mois après le grave accident de voiture survenu à Los Angeles, qui a sérieusement compromis sa carrière, il est revenu jouer le Major tant convoité en démontrant immédiatement ses intentions. Il compte parmi les sportifs les plus titrés de tous les temps, ainsi que parmi les plus riches du monde.

Quand il s’agit de premières, Tiger Woods est toujours présent : 15 majeurs remportés, 110 tournois professionnels, le golfeur le plus titré de l’histoire de ce sport. Des statistiques qui expliquent pourquoi il a réussi à rester en tête du classement mondial pendant 683 semaines (dont 281 consécutives) et surtout parce qu’il est devenu en 2014 le premier sportif au monde à avoir franchi la barre du milliard de dollars.

Chiffre astronomique qui justifie aussi le fait que Tiger Woods puisse s’offrir un yacht comme le Privacy, un vrai bateau de conte de fées. Et évidemment, nous parlons de quelque chose qui a coûté très cher. Si vous imaginez un yacht de luxe et un certain confort à bord, alors le Privacy l’a.

Long de 48 mètres, avec une superficie totale de 600 mètres carrés, ce yacht a été acheté par le golfeur en 2004. Équipé de cinq cabines pouvant accueillir un total de dix personnes, il dispose également de quatre quartiers pour neuf membres d’équipage.

Lire aussi:   Roberto Bautista Agut : Je pense que nous avons une équipe très complète.

Tiger Woods a l’habitude de l’appeler « mon dériveur », même si tout ressemble à un dériveur : avec une vitesse de croisière de 18 nœuds, il a également à son bord une salle de sport où le golfeur continue de s’entraîner. Woods préfère d’ailleurs séjourner sur ce yacht lors des tournois organisés à New York.

Avec ses intérieurs en bois de cerisier, Privacy dispose également d’un ascenseur pour trois personnes, d’un énorme jacuzzi, suffisamment grand pour accueillir huit personnes, et des inévitables salle de cinéma et coin bar. Le petit plus de ce méga yacht est fourni par l’espace que Tiger Woods a voulu consacrer à la plongée sous-marine : ceci explique également la présence d’une chambre de décompression (gonflable) et d’une zone dédiée au remplissage des bouteilles d’oxygène.

Le luxe est également complété par trois jet-skis et deux scooters pour de courtes excursions à terre. Évidemment, tout cela a un prix : Le Privacy a coûté 17 millions d’euros et son entretien annuel s’élève à 1,7 million d’euros.

Article précédentPalma presse l’Atlético entre les deux guerres
Article suivantJulio Velázquez lance le défi du retour d’Alavés à El Sadar