Accueil Dernières minutes L'International Le représentant américain pour le climat se rend en Suède mercredi pour...

Le représentant américain pour le climat se rend en Suède mercredi pour un sommet de l’ONU.

0

Paris, 31 mai (Cinktank.com) –

L’envoyé spécial des États-Unis pour le climat, John Kerry, se rendra en Suède mercredi pour conduire la délégation américaine au sommet Stockholm+50 convoqué par l’Assemblée générale des Nations unies.

Le sommet Stockholm+50 commémorera la Conférence des Nations unies sur l’environnement et célébrera 50 ans d’action environnementale commune depuis sa première réunion en 1972, a déclaré le département d’État dans un communiqué.

L’envoyé spécial Kerry devrait échanger des points de vue avec ses homologues gouvernementaux, ainsi qu’avec différents acteurs du secteur privé et des partenaires de la société civile, afin de progresser en matière de développement durable, de protection de l’environnement et de conservation de la nature.

Aux côtés de M. Kerry, la sous-secrétaire d’État américaine aux océans et aux affaires environnementales et scientifiques internationales, Monica Medina, se rendra également à Stockholm.

La réunion Stockholm+50 aura un caractère « collaboratif » et sera ouverte à tous les participants qui pourront partager leurs expériences et leurs initiatives pour « protéger la planète et contribuer à un développement durable et inclusif », en vue d’un redressement durable de la pandémie de COVID-19, selon les Nations unies.

Lire aussi:   La Russie et l'Ukraine confirment la rencontre de leurs ministres des Affaires étrangères en Turquie jeudi.

Erdogan insiste sur son veto à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN : « Ils ne sont ni honnêtes ni sincères. »

L’ONU a souligné que, 50 ans après le premier sommet sur le climat, le monde est confronté à une triple menace : « le changement climatique, la perte de biodiversité, la pollution et les déchets ».

À cet égard, le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, a qualifié la triple urgence de « principale menace pour notre existence », un risque qui exige « un effort urgent et total pour changer le cours des choses ».

Article précédentHRW avertit que les migrants LGBT connaissent des « conditions abusives et dangereuses ».
Article suivantLe Premier ministre néo-zélandais rencontre Biden à la Maison Blanche