Accueil Dernières minutes L'International Le problème des migrations : plus de 27 millions de réfugiés et...

Le problème des migrations : plus de 27 millions de réfugiés et 53 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays dans une crise qui s’aggrave

0

Au total, près de 90 millions de personnes ont été déplacées de force, selon les données du HCR jusqu’en 2021.

42 % des personnes déplacées sont des mineurs

Paris, 16 jun. (Cinktank.com) –

Le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) estime qu’il y a déjà 27,1 millions de réfugiés dans le monde et 53,2 millions de personnes déplacées à l’intérieur de leur propre pays en raison de la violence, des persécutions, des conflits et des violations des droits de l’homme, dans une crise croissante qui prévoit une résurgence du problème de la migration.

Dans son rapport sur les tendances mondiales en matière de déplacement forcé pour 2021, le HCR a noté qu’un total de 89,3 millions de personnes ont été déplacées de force dans le monde, tandis que 4,6 millions sont des demandeurs d’asile.

À cet égard, il a prévenu que 83 % des personnes déplacées ont été accueillies par des communautés et des pays à revenu moyen ou faible, tandis que les pays les moins développés en ont abrité 27 %.

Ainsi, la majorité des réfugiés, environ 72 %, se trouvent dans les pays voisins après avoir quitté leur pays d’origine. La Turquie reste le pays qui compte le plus grand nombre de réfugiés, soit 3,8 millions, suivie de la Colombie, qui accueille 1,8 million de réfugiés, et de l’Ouganda, avec 1,5 million. Le Pakistan et l’Allemagne suivent de près.

Par rapport à leur densité de population, à Aruba, une personne sur six est réfugiée en raison du grand nombre de Vénézuéliens déplacés, et au Liban, la proportion est d’une personne sur huit. Le document indique que 69 % des déplacements proviennent de cinq pays seulement : la Syrie, le Venezuela, l’Afghanistan, le Sud-Soudan et la Birmanie.

Toutefois, les États-Unis représentent la grande majorité des demandes d’asile, avec 188 900, suivis par l’Allemagne, où plus de 148 000 personnes ont également demandé l’asile, puis par le Mexique, le Costa Rica et la France.

La situation des enfants est particulièrement vulnérable. Le HCR a signalé que 42 % des personnes déplacées de force sont des enfants, alors qu’ils représentent environ 30 % de la population mondiale.

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), Filippo Grandi, a déploré que « chaque année de la dernière décennie, le nombre de réfugiés a augmenté ». « Ce qui se passe ensuite est entre nos mains. Soit nous prenons des mesures pour remédier à cette souffrance humaine et chercher des solutions à long terme, soit nous continuons à avancer vers des chiffres terribles », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   L'Allemagne confirme qu'elle a encore plus de 20 000 Afghans à évacuer.

Au cours de l’année 2021, quelque 1,7 million de personnes ont traversé des frontières internationales à la recherche d’une protection, tandis que 14,4 millions d’autres personnes ont été déplacées à l’intérieur de leur pays au cours de l’année.

Cependant, si le rapport traite des déplacements forcés de l’année dernière, la tendance pour 2022 est alarmante, selon le HCR, qui a indiqué que des millions de personnes ont été contraintes de quitter l’Ukraine en raison de la guerre, ce qui pourrait porter le nombre de personnes déplacées de force dans le monde à plus de 100 millions d’ici 2022.

La guerre en Ukraine a produit un chiffre « aussi alarmant que dégrisant » et un « record qui n’aurait jamais dû être battu », a déclaré M. Grandi.

En l’espace d’un an, le nombre de réfugiés dans le monde est passé de 20,7 millions en 2020 à 21,3 millions fin 2021, soit plus du double des 10,5 millions enregistrés il y a dix ans.

Le nombre de Vénézuéliens qui ont quitté le pays a également augmenté, passant de 3,9 millions à 4,4 millions au cours de cette période. Ainsi, le nombre de personnes déplacées accueillies par les pays européens a augmenté de trois pour cent et s’élève désormais à sept millions. La plupart d’entre eux se trouvent en Allemagne, en France et en Italie.

On estime qu’environ 48 % des personnes déplacées sont des femmes et des filles. Alors qu’il y a proportionnellement plus de femmes et de filles parmi les populations réfugiées en Afrique de l’Ouest, en Europe, ces chiffres sont plus faibles – environ 44 %.

D’autre part, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays en raison d’un conflit armé, d’une violence généralisée ou de violations des droits de l’homme constituent la plus grande source de migration au niveau mondial. Ils représentent 60 % de l’ensemble des personnes déplacées.

À l’échelle mondiale, la population déplacée a augmenté sur neuf des dix dernières années, passant de 17,7 millions en 2021 à 51,3 millions en 2021, soit le niveau le plus élevé jamais enregistré.

En Syrie, plus de dix ans de guerre ont entraîné le déplacement de millions de personnes à l’intérieur du pays et on estime qu’à la fin de l’année 2021, il y aura encore 6,9 millions de personnes déplacées dans le pays. Cela signifie qu’un Syrien sur trois est toujours déplacé.

RETOUR ET RÉINSTALLATION

Les organisations et agences de défense des droits de l’homme ont souligné que « si les conditions sont réunies », le retour des personnes déplacées dans leurs foyers est « l’option la plus souhaitable » et une solution durable pour les personnes concernées.

Lire aussi:   Le Portugal approche à nouveau les 40 000 infections à coronavirus et l'incidence dépasse 2 400

En 2019, plus de 5,3 millions de personnes ont pu regagner leur domicile après avoir été contraintes de le quitter pour diverses raisons. Toutefois, la pandémie de coronavirus a entraîné une diminution de ces retours, de sorte qu’en 2020, seuls 3,2 millions ont pu retourner dans leur lieu d’origine.

Au cours de l’année dernière, ces chiffres sont revenus aux niveaux pré-pandémiques, bien qu’il y ait des différences significatives en fonction des pays touchés. Le Cameroun, la République démocratique du Congo, l’Iraq et le Sud-Soudan ont connu une réduction des retours, contrairement à d’autres pays comme l’Afghanistan, la République centrafricaine, la Birmanie, l’Éthiopie, le Nigeria et la Somalie, entre autres. Le retour des personnes déplacées en Afghanistan a été attribué à la diminution des hostilités après la prise de pouvoir par les Talibans.

Alors que certains pays ont souligné leur engagement en faveur de la réinstallation en signe de solidarité avec les communautés et les pays d’accueil, cette option est de plus en plus rare pour les réfugiés en raison des offres limitées faites par les différents États.

Néanmoins, le nombre de réfugiés réinstallés a augmenté de 67 % par rapport à l’année précédente, même si ce chiffre reste bien inférieur à celui des années précédant la crise du coronavirus.

En outre, plus de 4,3 millions de personnes restent apatrides, ce qui signifie qu’elles n’ont été reconnues comme des ressortissants par aucun pays. Le HCR a dénoncé le fait que ces personnes n’ont généralement pas accès aux services les plus élémentaires, de sorte que leurs droits fondamentaux sont violés et qu’elles ne peuvent pas recevoir de soins de santé, accéder au marché du travail ou voter aux élections. Cela représente une augmentation de 158 200 personnes par rapport à l’année précédente.

L’agence des Nations unies a indiqué que l’apatridie est difficile à traiter car il n’existe pas de données quantitatives fiables, ce qui constitue un obstacle à la recherche de solutions.

Au cours de l’année 2021, des pays comme l’Albanie, le Chili, la Colombie et le Turkménistan ont mis en place des mesures et adopté des lois pour traiter l’apatridie des apatrides. Ces mécanismes permettent aux apatrides d’être reconnus par les autorités et, à terme, d’obtenir la citoyenneté.

Article précédentUne ONG de défense des droits de l’homme place une plaque à l’ambassade d’Arabie saoudite à Washington, portant le nom de Khashogi.
Article suivantScott Hend contre la déclaration de Rory McIlroy