Accueil Dernières minutes L'International Le président sud-coréen déclare qu’il cherchera « un chemin irréversible vers la paix »...

Le président sud-coréen déclare qu’il cherchera « un chemin irréversible vers la paix » avec la Corée du Nord.

0

Il préconise d' »institutionnaliser la paix » par un accord mettant fin à la guerre de Corée.

Paris :, 3 janv. (Cinktank.com) –

Le président sud-coréen Moon Jae In a assuré lundi qu’il continuerait à rechercher « un chemin irréversible vers la paix » avec la Corée du Nord jusqu’à la fin de son mandat, qui s’achève en mai, tout en appelant Pyongyang au dialogue et à la coopération.

« Je n’arrêterai pas les efforts pour institutionnaliser une paix durable », a déclaré M. Moon dans son dernier discours du Nouvel An en tant que président sud-coréen, au cours duquel il a souligné qu’il y avait encore de nombreux moyens d’améliorer les relations bilatérales, malgré les progrès réalisés ces dernières années.

Ce faisant, il a fait référence à son initiative de parvenir à un accord de paix pour mettre formellement fin à la guerre de Corée (1950-1953), qui s’est terminée par un armistice. La semaine dernière, Séoul a dévoilé un accord « effectif » avec les États-Unis sur un projet de déclaration finale.

Le ministre sud-coréen des Affaires étrangères, Chung Eui Yong, avait alors déclaré que « si la Corée du Nord a montré une série de réponses rapides et positives à la déclaration de la fin de la guerre », Séoul attend « une réaction plus concrète ». Il a souligné que la Corée du Sud « étudie diverses possibilités » pour faire avancer les discussions avec Pyongyang.

Kim Yo Jong, la sœur du dirigeant nord-coréen Kim Jong Un et considérée comme un successeur possible au pouvoir, a déclaré en septembre que la déclaration était une idée « intéressante » et « admirable », mais a appelé Séoul à mettre fin à sa politique « hostile » avant d’entamer des discussions.

Lire aussi:   L'Allemagne enregistre plus de 125 000 cas quotidiens de coronavirus en 24 heures

À cet égard, M. Moon a souligné que « si le dialogue et la coopération reprennent, la communauté internationale réagira », tout en soulignant que Séoul « poursuivra jusqu’au bout la normalisation des relations intercoréennes et un chemin irréversible vers la paix ». « J’espère que les efforts de dialogue se poursuivront sous la prochaine administration », a-t-il ajouté.

En ce sens, le président sud-coréen a souligné que « la paix est une condition préalable essentielle à la prospérité » et a averti que « la paix a tendance à être perturbée si elle n’est pas institutionnalisée », comme le rapporte l’agence de presse sud-coréenne Yonhap.

LUTTER CONTRE LA PANDÉMIE

Par ailleurs, M. Moon a remercié les professionnels de la santé pour leurs efforts contre la pandémie de coronavirus et a présenté ses condoléances aux familles des victimes du COVID-19.

Les autorités ont mis fin à certaines restrictions en novembre dans le cadre d’un effort de retour à la normale sous le précepte « vivre avec le coronavirus », mais depuis lors, les chiffres d’infection ont augmenté, ce qui a conduit à la réimposition de mesures.

Lire aussi:   Les États-Unis imposent des sanctions contre un chef de milice centrafricain

En ce sens, M. Moon a exprimé l’espoir que 2022 « sera la première année de normalisation avec une récupération complète de la crise », bien qu’il ait mis en garde la population en raison du taux élevé d’infection dû à la variante omicron, qui deviendra dominante dans le pays. « C’est une question de temps », a-t-il reconnu.

L’Agence coréenne de contrôle et de prévention des maladies (KDCA) a déclaré lundi que 3 129 cas et 36 décès dus au coronavirus ont été confirmés au cours des dernières 24 heures, portant le nombre total de cas à 642 207 et 5 730, respectivement.

Il a également souligné que 1 015 personnes se trouvent dans un état critique en raison du COVID-19, ce qui porte ce chiffre à quatorze jours au-dessus du seuil des 1 000, le record ayant été atteint mercredi, avec 1 151 personnes dans un état critique.

Enfin, le président a exprimé son espoir que l’élection présidentielle du 9 mars soit « une élection pour l’unité qui inclut l’espoir du peuple et non la confrontation, la haine et la division ». Le président restera en fonction jusqu’en mai, date à laquelle son unique mandat de cinq ans prendra fin.

Article précédentComment ajuster la taille des images dans Google Chrome en quelques clics
Article suivantFauci précisera « bientôt » si un test COVID-19 sera nécessaire pendant la période de quarantaine de cinq jours