Accueil Dernières minutes L'International Le président kazakh limoge plusieurs membres de la famille de son prédécesseur...

Le président kazakh limoge plusieurs membres de la famille de son prédécesseur à la suite de violentes manifestations.

0

Paris :, 17 janv. (Cinktank.com) –

Plusieurs proches de l’ancien président kazakh et dirigeant du pays depuis près de 30 ans, Nursultan Nazarbayev, ont été démis de leurs postes à responsabilité sur ordre de l’actuel chef de l’État, Kasim Khomart Tokayev, à la suite des manifestations qui ont dégénéré en émeutes au début du mois, entraînant des milliers d’arrestations et plus de 200 morts.

Sur ordre du président Tokayev, qui a annoncé une réforme des institutions pour tenter de faire taire les revendications des manifestants, le neveu de Nazarbayev, Abish Samat Satybaldyuly, a été démis de son poste de premier vice-président du Comité de sécurité nationale.

Le 8 janvier, les autorités kazakhes ont arrêté l’ancien chef du Comité de sécurité nationale, Karim Massimov, pour avoir prétendument commis un crime de haute trahison contre le pays. Quelques jours plus tard, d’autres hauts responsables du Service de renseignement, comme Anuar Sadykulov et Daulet Yergozhin, ont connu le même sort.

Lire aussi:   Le Japon établit un nouveau record d'infection avec près de 95 000 cas positifs en 24 heures

Timur Kulibayev, l’un des gendres de l’ancien président Nazarbayev, a démissionné lundi de son poste de président du conseil d’administration de la Chambre nationale des entrepreneurs d’Atameken, rapporte l’agence de presse russe TASS.

La semaine dernière, deux autres gendres de Nazarbayev, Dimash Donasov, qui était directeur général de la société d’État KazTransOil, et Kairat Sharipbayev, le partenaire d’une autre fille du leader historique kazakh, qui dirigeait la compagnie nationale de gaz QazaqGaz, ont été ajoutés à la liste des licenciements.

Les autorités kazakhes ont récemment indiqué que la situation s’était stabilisée, alors que les arrestations se poursuivent et que les organisations internationales mettent en doute les chiffres du gouvernement sur ce qui s’est passé au cours de la première semaine de janvier, lorsque des milliers de personnes sont descendues dans les principales rues du pays pour protester contre la hausse soudaine des prix du gaz.

Article précédentLa Russie affirme que toute installation de bases à Cuba et au Venezuela tiendra compte de la souveraineté de ces pays
Article suivantAlexia Putellas : « Il y a beaucoup de talent en Espagne, tout ce qu’il nous fallait, c’était du travail et du temps ».