Accueil Dernières minutes L'International Le président du Kazakhstan accepte la démission du gouvernement

Le président du Kazakhstan accepte la démission du gouvernement

0

M. Tokayev décrète l’état d’urgence dans la région de Mangistau et dans la ville d’Almaty en raison des manifestations antigouvernementales.

Le président du Kazakhstan, Kasim Khomart Tokayev, a accepté mercredi la démission du gouvernement du pays et a désigné le vice-premier ministre Alijan Smailov comme premier ministre par intérim.

Le président kazakh a donc accepté la démission de l’ancien premier ministre, Askar Mamin, bien que le reste du cabinet continue d’exercer ses fonctions jusqu’à la constitution d’une nouvelle équipe gouvernementale.

M. Tokayev a fondé sa décision sur l’article 70 de la Constitution du pays et a annoncé que ce décret entrerait en vigueur à la date de sa signature.

Ces derniers jours, le Kazakhstan a été le théâtre d’une série de manifestations en raison de l’augmentation du prix du gaz liquéfié, qui, depuis le 1er janvier, est soumis à l’offre et à la demande, selon le ministère de l’énergie.

Les premiers rassemblements ont eu lieu à Manguistau, dans l’ouest du pays, mais ces dernières heures, ces manifestations se sont étendues aux régions voisines d’Atirau et à l’ouest du Kazakhstan.

Lire aussi:   Des dizaines de Libanais prennent d'assaut le siège du ministère de l'énergie pour protester contre les coupures de courant.

En raison de l’escalade des tensions, le président Tokayev a signé mardi – avant d’accepter la démission du gouvernement – un décret instaurant l’état d’urgence dans la région de Mangistau et dans la ville d’Almaty.

La présidence kazakhe a publié une déclaration indiquant que cette décision vise à « assurer la sécurité publique, rétablir l’ordre public et protéger les droits et libertés des citoyens ».

Le décret sur l’état d’urgence à Mangistau et Almaty sera en vigueur de mercredi à minuit le 19 janvier.

La police a arrêté des dizaines de manifestants lors d’une manifestation dans la capitale, Nursultan, mardi. Selon un communiqué de la police, la manifestation aurait eu lieu sans autorisation préalable et a donné lieu à des rassemblements sur les principales places du pays.

Article précédentToyota devient le constructeur automobile le plus vendu aux États-Unis, détrônant GM après 90 ans d’existence.
Article suivantLe prochain casque AR/VR d’Apple sera doté de 3 écrans : rapport