Accueil Dernières minutes L'International Le président de la Cour suprême des États-Unis confirme que le projet...

Le président de la Cour suprême des États-Unis confirme que le projet d’annulation du droit à l’avortement est authentique.

0

Harris affirme qu’il est clair que les opposants à Roe v. Wade cherchent à « punir les femmes ».

Le président de la Cour suprême des États-Unis, John Roberts, a confirmé mardi l’authenticité du projet d’annulation de l’arrêt historique « Roe v. Wade », qui a reconnu pour la première fois le droit des femmes à l’avortement sans restriction au cours du premier trimestre de la grossesse, qui a été rendu public.

M. Roberts, qui a souligné qu’il ne s’agissait pas d’une décision définitive, a ordonné l’ouverture d’une enquête sur cette fuite, et a déclaré que cette « trahison » visait à « saper l’intégrité » du travail de la Cour. Dans une déclaration, il a assuré que le travail de la Cour suprême « ne sera en aucun cas affecté ».

La Cour suprême partage les projets en interne avant de les rendre publics, a déclaré le président de la Cour suprême, notant qu’il s’agit d’une « routine » et d’une « partie essentielle du travail de délibération confidentiel » de la Cour, selon les médias américains.

M. Roberts, qui a souligné que les employés des tribunaux ont une « tradition exemplaire » de respect de la confidentialité du processus judiciaire, a déploré qu’il s’agisse d’une violation « singulière et flagrante » de cette confiance et d’un « affront au tribunal et aux fonctionnaires » qui y travaillent.

Lire aussi:   Le bilan de la fusillade dans un lycée du Michigan s'élève à quatre morts

La vice-présidente américaine Kamala Harris s’est fait l’écho de la confirmation par Roberts de l’authenticité du projet et a souligné que « Roe v. Wade » « protège le droit fondamental des femmes à la vie privée ».

« Ce qui est clair, c’est que les opposants à cette décision cherchent à punir les femmes et à leur retirer le droit de prendre des décisions concernant leur corps », a déploré M. Harris dans un communiqué. « Les législateurs républicains dans les États du pays utilisent la loi comme une arme contre les femmes », a-t-elle ajouté.

Le vice-président américain a souligné que les droits de « tous » les Américains « sont en danger ». « Si le droit à la vie privée est affaibli, tout le monde peut être confronté à un avenir où le gouvernement peut potentiellement interférer dans les choix personnels que vous faites dans votre vie », a-t-elle poursuivi, avant d’insister sur le fait que le moment est venu de se battre pour les droits des femmes et pour l’Amérique.

Lire aussi:   Des dizaines de milliers de personnes déplacées par les pires inondations que la Malaisie ait connues depuis 100 ans.

LA FILTRATION

La Cour suprême des États-Unis a voté en privé pour annuler l’arrêt historique Roe v. Wade, qui reconnaissait pour la première fois le droit d’une femme à l’avortement sans restriction pendant le premier trimestre de la grossesse, un précédent juridique en vigueur dans le pays depuis 1973.

Dans un document de 98 pages rédigé par le juge Samuel Alito, une majorité de juges de la Cour suprême aurait décidé d’annuler l’arrêt historique qui a établi un droit constitutionnel à l’avortement, transformant potentiellement le paysage de la santé reproductive pour des millions de femmes aux États-Unis, selon un projet divulgué par Politico.

Le président américain Joe Biden a souligné aujourd’hui que le droit à l’interruption volontaire de grossesse est « fondamental » et s’est interrogé sur la possibilité pour la Cour suprême d’annuler l’arrêt sur lequel il repose, au nom de « l’équité fondamentale » et de la « stabilité » juridique.

Article précédentATP Madrid : Le meilleur Novak Djokovic de la saison gagne et convainc contre Monfils
Article suivantJon Rahm : « Tiger Woods m’a aidé d’une certaine manière…