Accueil Dernières minutes L'International Le premier ministre chinois annonce qu’il quittera ses fonctions en 2023

Le premier ministre chinois annonce qu’il quittera ses fonctions en 2023

0

Paris :, Mar. 11. (Cinktank.com) –

Le Premier ministre chinois Li Keqiang a annoncé vendredi qu’il quittera ses fonctions de chef du gouvernement dans un an, en mars 2023.

L’homme politique de 66 ans a confirmé qu’il s’agissait de sa dernière année de mandat lors d’une série de déclarations aux médias à l’occasion de la session annuelle de l’Assemblée populaire nationale.

La durée du mandat des chefs de gouvernement en Chine est de deux ans. Le parti doit tenir un congrès au milieu de cette année pour élire de nouveaux hauts responsables, un événement qui a lieu tous les cinq ans.

Contrairement à Li, le président, Xi Jinping, restera en poste pour un troisième mandat. En novembre dernier, le parti communiste a ouvert la voie à la prolongation du mandat du chef de l’État, qu’il considère comme le « cœur du parti ».

Concernant la guerre en Ukraine, M. Li a de nouveau déclaré que la Chine prône une résolution diplomatique et « pacifique », selon la télévision CGTN.

Lire aussi:   Les sondages à la sortie des bureaux de vote prévoient une quasi-égalité entre les candidats à la présidence de la Corée du Sud.

Soulignant que la Chine mène une politique étrangère « indépendante et pacifique », M. Li a insisté sur le fait que « la souveraineté et l’intégrité territoriale de tous les pays doivent être respectées, les objectifs et les principes de la Charte des Nations unies doivent être pleinement observés, de même que les préoccupations légitimes en matière de sécurité ».

Il a également appelé à la « retenue » pour éviter une crise humanitaire massive en Ukraine et a indiqué que la Chine continuerait à offrir une aide humanitaire au pays. Il a toutefois prévenu que les sanctions auraient un impact négatif sur l’économie mondiale, « qui a déjà été touchée par la pandémie ».

Article précédentL’armée ukrainienne accuse la Russie d’exécuter des civils et d’introduire un « régime policier » dans les zones achalandées
Article suivantJoao Felix : « Maintenant, nous devons essayer de gagner les onze matches qu’il nous reste ».