Accueil Dernières minutes L'International Le nouveau ministre allemand des Affaires étrangères souligne que l’OTAN est le...

Le nouveau ministre allemand des Affaires étrangères souligne que l’OTAN est le « pilier indispensable » de la sécurité européenne

0

BRUXELLES, 9 (Cinktank.com)

La nouvelle ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a défendu ce jeudi que l’OTAN est le « pilier indispensable » de la sécurité en Europe et a promis de la renforcer « d’un point de vue politique et autre ».

La co-dirigeante de Los Verdes et chef des affaires étrangères du nouvel exécutif allemand a effectué ce jeudi son premier déplacement à Paris, pour ensuite se rendre à Bruxelles où elle a rencontré le haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, et le secrétaire général de OTAN, Jens Stoltenberg.

Au siège de l’organisation militaire, Baerbock a réitéré que l’OTAN continue d’être un « pilier indispensable » de la sécurité en Europe et s’est engagée à renforcer le lien transatlantique.

Stoltenberg a accueilli Baerbock à ce poste, impatient de coopérer dans les années à venir, et a insisté sur le rôle central de l’Allemagne au sein de l’OTAN. L’homme politique norvégien a souligné que l’Alliance atlantique avait besoin d’une Allemagne « politiquement et militairement forte » et a insisté sur le fait que sa contribution « fait la différence » au sein de l’organisation militaire.

Concernant la situation à la frontière avec l’Ukraine, où la Russie a déployé un grand nombre de forces et de moyens militaires, le ministre allemand des Affaires étrangères a assuré que « tant du point de vue de l’Ukraine que de l’ensemble de l’Europe », la situation est « préoccupante . « .

Lire aussi:   L'Autriche lèvera la plupart des restrictions liées à la pandémie le 5 mars

Malgré les tensions croissantes avec Moscou, Baerbock a tendu la main au dialogue et a plaidé pour la « relance » du conseil OTAN-Russie. Les relations entre l’organisation atlantique et la Russie traversent l’un des pires moments depuis la fin de la guerre froide.

Les affrontements ont eu lieu ces derniers mois avec le retrait de la délégation russe de l’organisation militaire en raison d’accusations d’espionnage par l’OTAN, en point d’orgue. L’organisation militaire a fermé le bureau d’information de l’OTAN à Moscou, tandis que le Conseil OTAN-Russie ne se réunit toujours pas malgré l’invitation il y a 18 mois.

Pour sa part, Stoltenberg a une fois de plus averti Moscou que toute agression contre l’Ukraine recevrait une réponse « ferme » et qu’elle ferait face à « d’importantes conséquences économiques et politiques ». Conformément à ce qui a été exprimé la semaine dernière par les ministres des Affaires étrangères de l’OTAN lors de la réunion à Riga au cours de laquelle ils ont menacé de sanctions économiques contre Moscou si elle attaquait son voisin.

Lire aussi:   L'Autriche prolonge le verrouillage national de dix jours supplémentaires pour lutter contre le coronavirus

UNE UNION EUROPÉENNE « UNIE »

Baerbock a également revendiqué l’importance d’une Union européenne « unie » dans la lutte pour la démocratie et l’État de droit, au-delà des « questions militaires ». Lors de sa visite à Bruxelles, Baerbock a défendu la nécessité « d’envoyer un signal clair qu’une politique étrangère allemande forte a besoin d’une Europe forte ».

Le ministre prévoit également de rencontrer l’envoyé spécial des États-Unis pour le changement climatique, John Kerry. Baerbock a profité de l’occasion pour souligner que la cohésion européenne et un engagement commun en faveur de démocraties fortes dans le monde sont « très importants » pour le nouveau gouvernement allemand.

Concernant le débat sur une plus grande souveraineté stratégique de l’Europe contre des pays comme la Russie et la Chine, ainsi que contre les Etats-Unis, le ministre des Affaires étrangères a souligné que cela impliquait de rechercher « la coopération chaque fois que possible et de renforcer l’action indépendante lorsque cela est nécessaire ».

En ce sens, il a précisé qu’il ne s’agit pas « seulement d’une question militaire, mais surtout d’une question de diplomatie, d’Etat de droit et de coopération économique forte au sein de l’Union européenne ».

Article précédentLes CDC américains approuvent la troisième dose de rappel du vaccin de Pfizer pour les personnes âgées de 16 ans et plus.
Article suivantFranco : « Le football espagnol ne peut pas être en permanence au tribunal ».