Accueil Dernières minutes L'International Le négociateur en chef iranien se rend à Vienne pour la dernière...

Le négociateur en chef iranien se rend à Vienne pour la dernière ligne droite des négociations nucléaires.

0

Paris :, 27 févr. (Cinktank.com) –

Le négociateur en chef de l’Iran dans les pourparlers visant à sauver l’accord nucléaire de 2015, Ali Bahgeri, sera de retour à Vienne aux premières heures de la matinée de lundi pour entamer la dernière ligne droite des pourparlers, a annoncé le ministère iranien des affaires étrangères.

Ali Bagheri communiquera la décision prise par le Conseil national de sécurité de l’Iran concernant un projet de proposition de règlement aux autres participants aux pourparlers.

Le porte-parole du Parlement iranien pour la sécurité nationale et les affaires étrangères, Abolfazl Amoee, a averti dimanche que des progrès avaient été réalisés dans une large mesure « mais qu’un certain nombre de questions restaient en suspens et que, tant qu’elles ne seraient pas résolues, il serait impossible de parvenir à un accord », a rapporté l’agence de presse semi-officielle iranienne Tasnim.

« Les demandes de l’Iran concernant certaines ‘lignes rouges’ n’ont pas été satisfaites jusqu’à présent », a-t-il encore averti.

Selon les diplomates, seuls quelques points restent en suspens dans le document rédigé par les diplomates européens. L’Iran souhaite notamment que l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) abandonne ses enquêtes sur ses activités secrètes passées.

Lire aussi:   Trump ouvre la campagne électorale des midterms en insistant sur la fraude électorale

L’objectif des négociations est que les États-Unis rejoignent l’accord sur le nucléaire et lèvent les sanctions imposées à l’Iran en échange du respect par Téhéran des conditions convenues en 2015 qui restreignent son programme nucléaire.

L’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, la Russie et la Chine servent de médiateurs depuis des mois à Vienne entre Téhéran et Washington. L’opinion des pays occidentaux est qu’une décision doit être prise dans les prochains jours sur la relance ou l’échec de l’accord visant à empêcher l’Iran d’obtenir une arme nucléaire.

À la mi-décembre, les diplomates européens ont appelé à une solution dans les semaines plutôt que dans les mois à venir. Ils avaient alors prévenu que, dans le cas contraire, le programme nucléaire iranien aurait tellement progressé qu’il ne pourrait plus être contrôlé par de nouvelles restrictions.

Article précédentL’Ukraine reçoit une cargaison de missiles air-air
Article suivantLes Etats-Unis annoncent une aide humanitaire de 48 millions d’euros pour l’Ukraine