Accueil Dernières minutes L'International Le négociateur en chef de l’UE se rend en Iran ce mardi...

Le négociateur en chef de l’UE se rend en Iran ce mardi pour tenter de relancer l’accord nucléaire.

0

Le retrait des Gardiens de la Révolution de la liste des terroristes américains est la clé de la résolution des négociations.

Paris, 7 mai. (Cinktank.com) –

Le négociateur en chef de l’Union européenne, Enrique Mora, se rendra en Iran mardi prochain, dans ce que le plus haut diplomate de l’UE, Josep Borrell, a qualifié de « dernière balle » pour tenter de réactiver l’accord nucléaire signé en 2015 entre la République islamique et la communauté internationale, aujourd’hui paralysé.

Dans une interview accordée au « Financial Times », M. Borrell n’a pu cacher son pessimisme quant à l’état actuel des négociations, bloquées par un obstacle majeur : la demande de l’Iran aux États-Unis de retirer les Gardiens de la révolution, la branche idéologique des forces armées iraniennes, de leur liste d’organisations terroristes.

Le retrait de la liste impliquerait une réaction énergique d’Israël, un allié américain, selon des experts consultés par le « Financial Times », ce qui explique la réticence du président américain Joe Biden, dont le pays s’est retiré de l’accord en 2018 sous l’administration de Donald Trump.

Après le retrait des États-Unis, l’Iran s’est progressivement désengagé de ses engagements envers l’accord et a réactivé ses opérations d’enrichissement de l’uranium à des niveaux inquiétants pour la communauté internationale, soupçonnant la République islamique de dissimuler les préparatifs de fabrication d’une bombe atomique, ce que Téhéran dément fermement.

Lire aussi:   L'Iran souligne qu'il est possible de réactiver l'accord nucléaire de 2015 si les États-Unis respectent toutes les clauses.

Les pourparlers visant à faire revenir les États-Unis dans l’accord et à ramener l’Iran au respect de ses engagements ont été réactivés le 29 novembre à Vienne après que les contacts aient été suspendus à la veille des élections présidentielles iraniennes, remportées par l’ultraconservateur Ebrahim Raisi.

Borrell a avoué au journal que le moment approche de négocier clairement le statut des Gardiens de la Révolution afin de connaître la position définitive de Washington sur la question. « A un moment donné, je devrai dire, en tant que coordinateur des négociations, que j’ai mis cette proposition sur la table, formellement. Que ce serait le seul point d’équilibre possible », a-t-il expliqué.

« Nous ne pouvons pas continuer comme ça éternellement, parce que pendant ce temps, l’Iran continue à développer son programme nucléaire », a ajouté M. Borrell quelques heures avant la visite de Mme Mora, annoncée par l’agence de presse semi-officielle Nour News, qui la décrit comme « une nouvelle étape dans des négociations constructives sur les quelques mais importantes questions qui restent à élucider dans les pourparlers ».

Lire aussi:   Biden informe Zelenski sur la livraison de 800 millions d'armes à l'Ukraine
Article précédentTiger Woods, 23 millions de dollars au fisc américain
Article suivantPauline Roussin-Bouchard à l’US Open