Accueil Dernières minutes L'International Le ministre iranien des affaires étrangères se rendra demain en Russie pour...

Le ministre iranien des affaires étrangères se rendra demain en Russie pour discuter de la relance de l’accord nucléaire.

0

Paris, 14 Mar. (Cinktank.com) –

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Hosein Amirabdolahian, se rendra mardi en visite officielle à Moscou, après l’enlisement des discussions sur la relance de l’accord nucléaire de 2015 et face à la demande de garanties de la Russie face aux sanctions contre le pays pour son invasion de l’Ukraine.

Ce voyage a été confirmé par le porte-parole du ministère iranien des affaires étrangères, Said Khatibzade, qui a critiqué les nouvelles exigences formulées par les États-Unis dans la dernière ligne droite des négociations, a rapporté l’agence de presse iranienne IRNA.

Il a souligné que les délégations pourront reprendre leurs contacts une fois que Washington aura pris les décisions nécessaires et a rappelé qu’elle n’est pas partie à l’accord, qu’elle a abandonné unilatéralement en 2018 sous la présidence de Donald Trump.

Enfin, il a souligné que la date de la prochaine réunion à Vienne sera en tout cas annoncée par Enrique Mora, « numéro deux » du Haut représentant de l’UE pour la politique étrangère, Josep Borrell, comme le rapporte l’agence de presse iranienne Mehr.

M. Borrell a déclaré vendredi qu’une « pause » dans les discussions à Vienne visant à relancer l’accord nucléaire de 2015 était nécessaire en raison de « facteurs externes ». « Un texte final est essentiellement prêt et sur la table », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   Quelque 600 migrants commencent l'année piégés à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne

Un jour plus tôt, le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale de l’Iran, Ali Shamjani, avait accusé les États-Unis de « brouiller » les négociations. « L’attitude des États-Unis à l’égard des demandes de principe de l’Iran, en plus de leurs offres déraisonnables et de leurs pressions injustifiées pour parvenir rapidement à un accord, montre que les États-Unis ne sont pas intéressés par un accord ferme qui satisfasse les deux parties », a-t-il déclaré.

Auparavant, M. Shamjani avait souligné que Téhéran cherchait des « moyens créatifs » de rétablir l’accord nucléaire de 2015 après que la Russie eut lié les sanctions contre Moscou en raison de son invasion de l’Ukraine aux négociations, qui étaient apparemment entrées dans leur dernière ligne droite.

Quelques jours auparavant, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, avait demandé à Washington des garanties écrites, au moins au niveau du département d’État, que les sanctions prises contre Moscou en raison de la guerre en Ukraine ne nuiraient pas à sa coopération avec l’Iran, bien que Washington ait souligné qu’il s’agissait de questions distinctes.

Lire aussi:   Scholz souligne que le but "est d'éviter la guerre", mais avance des mesures "sérieuses" pour la Russie si elle envahit l'Ukraine

L’Iran a annoncé le retrait de ses engagements sur plusieurs points de l’accord après que les États-Unis se sont retirés unilatéralement du pacte en 2018, bien que les responsables iraniens aient fait valoir que ces mesures peuvent être annulées si les États-Unis retirent les sanctions et reviennent à l’accord.

Article précédentKuleba appelle à « plus d’armes et plus de sanctions » contre la Russie pour empêcher « d’éviter que d’autres pays ne soient plongés dans la guerre »
Article suivantYouTube Vanced a été fermé par Google ; voici NewPipe, SkyTube et d’autres services vidéo YouTube sans publicité