Accueil Dernières minutes L'International Le ministre irakien des Affaires étrangères est confiant dans la formation d’un...

Le ministre irakien des Affaires étrangères est confiant dans la formation d’un gouvernement dans les prochains mois.

0

Paris :, Mar. 12. (Cinktank.com) –

Le ministre irakien des affaires étrangères, Fuad Hussein, s’est dit confiant samedi que les difficiles pourparlers visant à former un nouveau gouvernement en Irak aboutiront dans les mois à venir. Il a imputé la lenteur des négociations à la nouveauté que constitue le fait que le pays traverse un « nouveau processus » de pleine démocratie.

« C’est un processus d’apprentissage », a déclaré Husein lors du deuxième forum diplomatique d’Antalya (ADF) qui s’est tenu en Turquie, où il a indiqué, sur une note positive, que « jusqu’à présent, il y a des discussions dans le cadre des partis politiques pour parvenir à un accord »,

Dans des déclarations rapportées par l’agence de presse kurde Rudaw, M. Husein a rappelé que « l’Iraq a été soumis à une dictature pendant 40 ans », principalement sous Saddam Hussein, et a exprimé l’espoir que le processus démocratique soit correctement mis en œuvre dans le pays.

Vainqueur des élections législatives de l’année dernière, l’influent clerc Muqtada al-Sadr refuse catégoriquement que les partis chiites soutenus par l’Iran, grands perdants des élections législatives d’octobre, rejoignent l’exécutif irakien, du moins avec l’influence des années passées.

Le meilleur exemple de cette tension est son rejet de la présence dans le futur gouvernement de tout membre de la coalition chiite de l’État de droit, dirigée par l’ancien Premier ministre Nuri al-Maliki.

Lire aussi:   La Norvège lève la plupart des restrictions imposées pour freiner la pandémie de COVID-19

Si al-Sadr parvient à former un gouvernement majoritaire avec ses alliés sunnites et kurdes, la première conséquence serait qu’al-Maliki et le Fatah – le bloc politique chiite auquel appartiennent les milices pro-iraniennes des Forces de mobilisation populaire – pourraient passer dans l’opposition, ce qui porterait un coup dramatique au statu quo dans lequel la politique nationale du pays a vécu ces dernières années, et sur fond de menaces de violence si un tel scénario se réalise finalement.

Article précédentPochettino : « C’est difficile pour moi de dormir la nuit ».
Article suivantLe plat végétalien préféré de Novak Djokovic