Accueil Dernières minutes L'International Le Japon n’enverra pas de représentants du gouvernement aux Jeux olympiques d’hiver...

Le Japon n’enverra pas de représentants du gouvernement aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin

0

Paris :, 24 déc. (Cinktank.com) –

Les autorités japonaises ont confirmé jeudi qu’elles n’enverront pas de représentants du gouvernement aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin, dans un contexte de boycott international, en signe de dénonciation des violations des droits des minorités par les autorités chinoises.

Au lieu de cela, le président des Jeux de Tokyo, Seiko Hashimoto, et deux autres responsables s’y rendront, a déclaré le secrétaire général du Cabinet japonais, Hirokazu Matsuno, qui a également indiqué que le président du Comité olympique japonais, Yasuhiro Yamashita, et le président du Comité paralympique japonais, Kazuyuki Mori, seraient présents.

« Tokyo a renoncé à envoyer de hauts responsables aux Jeux de Pékin parce qu’elle a constaté peu d’amélioration de la situation des droits de l’homme dans les régions du Xinjiang et de Hong Kong, selon des sources gouvernementales, rapporte le « Japan Times ».

Les athlètes japonais participeront toutefois aux Jeux en février comme prévu, comme le rapporte l’agence de presse japonaise Kiodo.

Les autorités japonaises ont annoncé à la mi-octobre qu’elles envisageaient de se joindre au boycott international de l’événement du géant asiatique mené par les États-Unis, rejoignant ainsi des pays comme l’Australie, le Royaume-Uni et le Canada.

Lire aussi:   La Syrie rapporte qu'un civil a été tué dans une opération militaire américaine dans le nord du pays

Quelques jours plus tard, le Premier ministre japonais, Fumio Kishida, a déclaré que « pour l’instant, cela ne faisait pas partie de leurs plans » de participer aux Jeux olympiques d’hiver de Pékin en 2022.

« Pour le moment, je n’ai pas l’intention d’y aller », a-t-il déclaré au Parlement, où il a fait valoir qu’il est « important » de faire une évaluation de la situation « pour soi-même » et « en tenant compte de toutes les questions à prendre en considération concernant les intérêts nationaux ».

À la suite de l’annonce du boycott, Pékin a prévenu qu' »ils paieront le prix de leurs mauvais coups », tout en notant que de hauts responsables de pays tels que les États-Unis n’ont pas non plus été invités à l’événement sportif.

Article précédentL’Écosse ferme toutes les boîtes de nuit pendant trois semaines pour arrêter les infections à coronavirus
Article suivantL’Allemagne déclare toute l’Espagne zone à haut risque en raison de la pandémie de COVID-19