Accueil Dernières minutes L'International Le Japon envisage de se joindre au boycott des Jeux olympiques d’hiver...

Le Japon envisage de se joindre au boycott des Jeux olympiques d’hiver de Pékin pour protester contre les violations des droits de l’homme.

0

Paris :, 12 déc. (Cinktank.com) –

Les autorités japonaises envisagent de se joindre à un boycott international des Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022 de l’année prochaine, en signe de condamnation des violations des droits des minorités par les autorités chinoises, ont déclaré des responsables à l’agence de presse publique Kyodo.

Le Japon rejoindrait ainsi les États-Unis, l’Australie, le Royaume-Uni et le Canada, bien qu’il ne s’agisse pas d’un boycott diplomatique complet. Aucun ministre n’assistera aux cérémonies, mais ils prévoient d’envoyer des représentants spécifiques des événements sportifs à la place.

Par exemple, le président du comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, Seiko Hashimoto, ou le chef du Comité olympique japonais, Yasuhiro Yamashita, seraient présents, selon les sources.

Compte tenu des positions du G7 et des tensions entre la Chine et les États-Unis, le premier ministre du pays, Fumio Kishida, pourrait se prononcer sur la question avant la fin de l’année, ont indiqué les sources.

Parmi ceux qui se sont prononcés en faveur de la Chine dans cette controverse figure la Russie, qui a accusé les États-Unis de chercher à « dominer complètement » l’arène sportive « selon ses propres règles ». « Ils essaient d’effondrer le sport mondial pour servir leurs intérêts », a critiqué la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Lire aussi:   Biden et Bennett ont une conversation téléphonique huit mois plus tard.

Moscou accuse Washington de « réécrire les règles en fonction de ses critères idéologiques », selon l’agence de presse Sputnik.

Article précédentSéville panse ses plaies et conserve sa deuxième place à San Mames
Article suivantLa participation au dernier référendum d’indépendance en Nouvelle-Calédonie diminue par rapport aux précédents plébiscites