Accueil Dernières minutes L'International Le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salamé, accusé d’enrichissement...

Le gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salamé, accusé d’enrichissement illicite

0

Paris :, 21 Mar. (Cinktank.com) –

Le vétéran gouverneur de la Banque centrale du Liban, Riad Salamé, a été inculpé lundi pour enrichissement illicite, tout comme son frère Raja, accusé d’avoir organisé un système de blanchiment d’argent corrompu par le biais de plusieurs sociétés qu’il possédait.

L’affaire concerne une série d’appartements de luxe qui auraient été loués par Salamé pour le compte de la Banque centrale du Liban sur l’avenue des Champs-Elysées à Paris, a expliqué la juge Ghada Aoun, qui a précisé que Salamé avait été déclaré en défaut après ne pas s’être présenté à l’audience de lundi, rapporte le quotidien « L’Oriente le jour ».

Ces accusations font partie d’un procès intenté la semaine dernière, dans lequel les deux frères sont accusés de détournement de fonds et d’enrichissement illicite pendant la pire crise financière de l’histoire du Liban, l’une des pires enregistrées au niveau mondial depuis le milieu du XIXe siècle, selon la Banque mondiale en juin 2021.

Lire aussi:   Zelensky rencontre Duda en Pologne avec la "sécurité" comme sujet "principal"

M. Salame, qui dirige la Banque centrale libanaise depuis trente ans, fait également l’objet d’enquêtes judiciaires dans d’autres pays, notamment en Suisse et en France, ainsi qu’au Royaume-Uni, et a été largement critiqué pour le rôle de la Banque centrale dans le contexte de la grave crise économique et financière que traverse le pays.

Il a toutefois démenti tous ces soupçons et a souligné qu’il était victime d’un prétendu complot médiatique visant à le discréditer, puisque sa fortune a été amassée lors de sa précédente période au sein du fonds d’investissement Merrill Lynch.

Son frère Raja a été arrêté la semaine dernière et inculpé de détournement de fonds et de blanchiment d’argent, tout comme Anna Kosakova, ressortissante ukrainienne et ancienne partenaire de Riyad, qui possède l’une des sociétés qui auraient bénéficié du stratagème.

Au début de l’année, la juge Aoun avait déjà interdit à Salamé de quitter le pays pour des malversations financières présumées et ordonné aux autorités de le faire comparaître devant elle pour témoigner. Sa fortune fait l’objet d’une enquête au Liban depuis l’année dernière, après que le parquet suisse a demandé de l’aide dans le cadre d’une affaire le concernant pour avoir prétendument détourné plus de 300 millions de dollars.

Lire aussi:   Save the Children met en garde contre une augmentation des cas de pneumonie alors que la crise en Afghanistan s'aggrave
Article précédentBoutons et problèmes de peau ? Essayez ces trois jus cet été et constatez la magie
Article suivantRang Panchami 2022 : 5 mesures cruciales pour la richesse et la prospérité