Accueil Dernières minutes L'International Le fondateur d’Oath Keepers arrêté et accusé de sédition pour son rôle...

Le fondateur d’Oath Keepers arrêté et accusé de sédition pour son rôle dans l’assaut du Capitole

0

Paris, 13 janv. (Cinktank.com) –

Le ministère américain de la Justice a annoncé jeudi l’arrestation de Stewart Rhodes, fondateur de la milice d’extrême droite Oath Keepers, qui a été inculpé de sédition avec dix autres personnes pour son rôle dans l’assaut du Capitole le 6 janvier 2021.

Selon l’acte d’accusation, Rhodes et ses complices ont participé à une conspiration visant à « s’opposer par la force au transfert légal du pouvoir présidentiel en empêchant, entravant ou retardant la mise en œuvre des lois régissant ce processus », a expliqué le ministère de la Justice, qui affirme qu’ils ont « préparé et transporté des armes à feu et des munitions à Washington ».

Rhodes, 56 ans, avait utilisé les médias sociaux la veille de l’attaque pour encourager ses partisans, « tous patriotes », à se rendre à Washington pour une « mission de sécurité » afin de défendre « le combat du président Trump ». Cependant, son soutien a été de courte durée, puisque le jour même de l’assaut du Capitole et après avoir déploré que l’ancien président ne savait que « se plaindre », il a déclaré qu’il était temps de « se prendre en main ».

Lire aussi:   La République tchèque impose la vaccination obligatoire aux plus de 60 ans

Il s’agit de la première inculpation majeure d’un membre de ces milices lourdement armées qui étaient présentes lors des émeutes du 6 janvier. Jusqu’à présent, les autres membres de ces groupes d’extrême droite qui ont été arrêtés avaient été accusés de conspiration visant à entraver une procédure judiciaire, mais sans la nuance politiquement chargée de sédition.

Depuis novembre 2021, la commission de la Chambre des représentants des États-Unis chargée d’enquêter sur l’attaque du Capitole a intensifié ses actions contre ces milices, qu’elle accuse d’avoir planifié l’assaut, demandant même la comparution de Rhodes et du leader des Proud Boys, Henry « Enrique » Tarrio, qui a été arrêté la veille du 6 janvier pour un incident survenu lors d’un précédent rassemblement.

Depuis le début des enquêtes, plus de 725 personnes ont été inculpées par le ministère de la Justice pour leur implication dans ces incidents, dont certaines font partie de dangereuses milices d’extrême droite lourdement armées comme les Proud Boys et Oath Keepers, tandis que la commission spéciale de la Chambre des représentants a recueilli les déclarations de dizaines d’associés de l’ancien président Donald Trump.

Lire aussi:   La facture alimentaire mondiale va s'envoler de plus de 47 milliards d'euros cette année
Article précédentLe ministre français de la Santé teste positif au COVID-19
Article suivantMessi : « Il m’a fallu plus de temps que je ne le pensais pour me rétablir ».