Accueil Dernières minutes Le Barça dénonce les paiements « sans cause, fausse cause ou disproportionnée »

Le Barça dénonce les paiements « sans cause, fausse cause ou disproportionnée »

0

01 février 2022, Espagne, Barcelone : le président du FC Barcelone, Joan Laporta (R), prend la parole lors de la conférence de presse de la police scientifique à l'Auditori 1989. Photo : Gerard Franco Crespo/DAX via ZUMA Press Wire/dpa


01 février 2022, Espagne, Barcelone : le président du FC Barcelone, Joan Laporta (R), prend la parole lors de la conférence de presse de la police scientifique à l’Auditori 1989. Photo : Gerard Franco Crespo/DAX via ZUMA Press Wire/dpa – Gerard Franco Crespo/DAX via ZUM / DPA

Laporta voit « comportement déloyal » et possible « enrichissement illégitime » dans le précédent conseil Bartomeu : « C’est une dénonciation de faits incontestables »

Le préjudice économique pour le club serait « des dizaines de millions » et les éventuelles infractions de mauvaise gestion, de détournement de fonds et de fausse comptabilité.

Le président du FC Barcelone, Joan Laporta, a déclaré lors de la présentation du rapport « Forensic » sur la situation financière du club que le précédent conseil d’administration présidé par Josep Maria Bartomeu a effectué des paiements au conseil d’administration du club au cours du premier semestre. « sans motif, faux motif ou paiements disproportionnés » impliquant cinq faits « incontestable » sur laquelle ils ont fondé leur plainte auprès du ministère public.

Le club a demandé à Deloitte de procéder à une « Due Diligence », qui a révélé un certain nombre d’éléments suivants « actions douteuses » placée entre les mains de l’agence Kroll, qui a trouvé une série de « cinq faits concrets » qui, selon le club, pourraient constituer de possibles délits d’administration déloyale, de détournement de fonds et de fausse comptabilité, ainsi qu’un préjudice financier supérieur à 30 millions d’euros.

« Tout cela constituait une preuve de comportement déloyal envers les actifs du club, et ils (les sociétés d’audit) n’ont pas exclu la possibilité d’un enrichissement injuste des auteurs matériels de ces paiements. Nous avons porté l’affaire à l’attention du ministère public de Barcelone, qui veille au respect du principe de légalité et encourage les poursuites en cas de comportement délictueux. Nous avons fait une dénonciation de faits indiscutables.« a déclaré M. Laporta lors d’une conférence de presse à l’Auditori 1899, qui a duré près de deux heures.

Dans ce sens, le président a assuré que le club est à la disposition du ministère public pour faciliter l’enquête et tout ce qui est nécessaire pour fournir des preuves. « Les membres ont le droit de connaître les actions qui ont mis le club dans une situation de ruine, et nous, en tant qu’administrateurs, ne voulons pas être complices de ces actions qui ont conduit le club dans une situation très délicate. »Laporta a été franc.

Il a également assuré qu’il ne s’agit pas d’une affaire contre qui que ce soit. « Le bureau du procureur déterminera qui est coupable. Nous sommes ici pour clarifier les faits et nous ne montrons personne du doigt, nous ne sommes ni policiers ni juges.. Le ministère public désignera les auteurs de ces événements. Il était de notre devoir de porter toutes ces actions à l’attention des membres. Nous pensons que nous devions agir de la sorte dans l’intérêt du club. »a-t-il expliqué.

Lire aussi:   Vous pouvez déverrouiller votre chambre d'hôtel avec un iPhone d'Apple : voici comment faire

Ils ont détecté un « modus operandi » pour éviter les contrôles intérimaires des clubs et les contrôles statutaires. « Je trouve les contrats sportifs, la masse salariale sportive, exsangue, car ils devaient être conscients qu’elle montait en flèche et qu’il serait très difficile d’être compétitif à moyen et long terme. Il y avait des actions continues dans ce mode de fonctionnement, ce qui est étrange. Et puis il y a les faits ponctuels de paiements et les commissions millionnaires, sûrement hors du marché, qui sont difficiles à justifier. »M. Laporta a souligné les  » malversations  » constatées dans le précédent conseil d’administration.

Il tient toutefois à préciser que « jamais » ont déclaré que les anciens managers se sont enrichis personnellement. « Je dis que le terme « médico-légal » n’exclut pas qu’ils l’aient fait, les auteurs de ces comportements. La main dans la caisse ? Ce que je pense n’est pas pertinentIl appartiendra au bureau du procureur de déterminer s’il s’agit ou non d’une infraction. »a-t-il réitéré.

LES CINQ FAITS AVEC INDICATIONS CRIMINELLES

C’est Jaume Campaner, avocat pénaliste spécialisé en droit économique et docteur en droit procédural, qui a présenté les faits, qui a décrit – dans la mesure de ses possibilités, pour ne pas interférer dans l’enquête du ministère public – ces cinq faits avec des indications pénales qui, sans pouvoir dire le chiffre définitif, auraient coûté au club plus de 30 millions d’euros de dommages, soit « des dizaines de millions » pour le président.

« Il s’agit de transférer à l’autorité compétente une série de comportements délictueux extrêmement graves que nous pouvons considérer comme grossiers, grotesques et qui, de toute façon, ne sont soutenus ni d’un point de vue juridique ni d’un point de vue économique. Et le club le fait avec des preuves et des données objectives, il ne s’agit pas d’une dénonciation pure et simple. Si je devais définir ce que l’on dénonce comme une déloyauté envers l’héritage du club »résume Campaner.

Pour l’avocat, il existe un premier bloc de comportement constitué par la rémunération des intermédiaires. « Les commissions sont généralement de l’ordre de 5 % et des commissions de 33 % ont été détectées. Il existe une entreprise qui est née uniquement pour facturer le FC Barcelone. Une commission de 10 millions a été versée après la clôture de la signature. Tout cela a entraîné un risque fiscal très élevé qui a dû être régularisé récemment. 3 millions d’euros ont été versés aux autorités fiscales pour protéger leurs intérêts. »a-t-il expliqué.

Lire aussi:   City prend les commandes de la Premier League

« Il y a un deuxième bloc avec des paiements injustifiés : d’abord près de deux millions d’euros, puis un demi-million d’euros pour un contrat, plus sept autres millions d’euros pour l’intermédiation dans un transfert. Ces deux blocs s’inscrivent dans le cadre de l’administration déloyale et du détournement. »a-t-il ajouté.

Et il y a un troisième bloc qu’il a résumé comme une altération comptable. « Il y a eu une distorsion délibérée avec l’échange de joueurs. Les prix du marché des joueurs ont été largement gonflés. La vente est comptabilisée comme un revenu l’année même où elle a lieu et où le club dispose d’un muscle financier. Cependant, le coût est une dépense qui est amortie sur un certain nombre d’années et qui est diluée. »Il a évoqué, sans citer de noms, de possibles échanges entre Arthur et Pjanic ou entre Cillessen et Neto.

« Il en résulte des bénéfices comptables artificiels qui ne correspondent pas à l’image du club. C’est un crime de fausse comptabilité. Le club est obligé de mettre ces faits sur la table. L’élément suivant est le paiement d’une compensation de 1,5 million d’euros pour qu’il n’y ait pas d’allégations dans le plan métropolitain « Espai Barça ». Les causes des contrats ont été simulées. L’argent était destiné à une cause qui n’était pas celle qu’ils prétendaient. »qu’il a dénoncé.

Et, dans le montant le plus élevé de ceux fournis, les suivants : « 15 millions d’euros ont été versés à un club pour une simulation d’un droit de préemption, ce qui n’a rien à voir avec la réalité. La simulation est la cause du contrat. La véritable raison du paiement est la non-présentation de preuves à la Fédération, mais ils ont mis en place un essai de jeunes joueurs d’un autre club. Vous ne dites pas la vérité et vous payez pour quelque chose dont il faudra déterminer si c’est légal ou non. ». Évidemment, il n’a pas cité de noms bien qu’il n’ait pas nié une question qui pointait vers l’Atlético de Madrid et le cas Griezmann.

Article précédentAu moins un élève tué et un autre blessé dans une fusillade près d’une école dans le Minnesota, aux États-Unis.
Article suivantLa justice norvégienne rejette la demande de libération conditionnelle du terroriste Anders Breivik