Accueil Dernières minutes Le Barça commence mal sa revue européenne

Le Barça commence mal sa revue européenne

0

Le Barça commence mal sa revue européenne

Le penalty de Dembélé est le meilleur pour le Barça et Ferran ne l’a marqué que depuis le point de penalty.

BARCELONE, 17 fév. (Cinktank.com) –

Le FC Barcelone et Naples joueront pour une place en 16e de finale au match retour après le match nul 1-1 de jeudi au Camp Nou en barrages aller de l’Europa League, dans un début erratique des blaugranas dans leur campagne de qualification européenne.

Les « Culers » tentent de profiter de leur seconde chance, leur seconde fois, dans cette UEFA Europa League, qu’ils ont atteinte au rebond après avoir été éliminés de la Ligue des champions. Et bien qu’ils aient été meilleurs que Naples et qu’ils aient eu beaucoup plus d’occasions, rien n’a abouti, à l’exception d’un penalty de Ferran Torres qui a servi à égaliser le match et à tout laisser ouvert – il n’y a plus de double valeur pour les buts à l’extérieur -.

Ferran Torres, malgré cette égalisation sur penalty (sur un penalty pour faute de main revu par la VAR), n’a pas été précis. Il n’a même pas marqué une seule des nombreuses occasions nettes qu’il a eues en jeu. Il était sur place, oui, et il a travaillé, mais il n’était pas du tout vif. Et le Barça l’a payé en laissant échapper une victoire qui, en termes d’occasions et de domination, aurait pu et dû être la sienne.

C’est le stade Diego Armando Maradona de Naples qui décidera du vainqueur. Le Camp Nou, où a été joué pour la première fois le nouvel hymne de l’Europa League, la dernière fois que le Barça a participé à l’ancienne Coupe de l’UEFA en 2004, n’a pas pu voir son équipe gagner et faire la fête, mais il l’a vue dominer un Napoli, troisième de Serie A, qui a fini par souffrir.

Et pourtant, ils ont pris l’avantage à la demi-heure de jeu grâce à un but de Zielinski. Sur une action d’Elmas sur la droite, Naples profitait de la deuxième occasion qu’il avait. Le premier tir du Polonais Piotr Zielinski était dévié par Ter Stegen, mais le rebond tombait parfaitement sur Zielinski, qui le trompait puissamment pour ouvrir le score.

Lire aussi:   Iñaki Peña passe outre le Barça et offre un départ de rêve à Galatasaray

Le Barça a mis quelques minutes à se remettre de ce coup dur, mais il y est parvenu. Ils coinçaient Naples dans sa zone et, bien qu’ils aient eu la possession du ballon et tiré 21 fois, seuls cinq de ces tirs ont été cadrés et, à l’exception du penalty, ils ont été indolores pour le gardien Meret et sa défense, la moins encaissée de Serie A, seulement 17 en 25 matchs.

Le Barça a payé cher ce manque de précision. Peut-être y a-t-il un manque de buteur. Dernièrement, comme dans le derby contre l’Espanyol (2-2), c’était Luuk De Jong. Le Néerlandais est entré dans ses minutes d’or, les dernières, et sur un coup de bicyclette, il a failli marquer le but. Plus tôt, Pierre-Emerick Aubameyang a eu du mal pour sa première titularisation, mais ses tirs sont passés à côté de la cible.

Le pire était à venir pour Ferran Torres, qui a terminé le match déséquilibré, découragé, malgré son but qui a donné au Barça la vie pour le match retour. Aux 88e et 92e minutes, il s’est procuré deux occasions nettes à la suite de bonnes actions collectives qu’il n’a pas su concrétiser, alors qu’il avait tout à gagner dans les deux cas.

SIFFLET POUR DEMBÉLÉ

À la 65e minute du match, alors que le score est égal après l’égalisation de Ferran Torres et que le Barça cherche à revenir, un triple remplacement est effectué. Gavi et Sergio Busquets sont entrés en jeu, mais la vedette est revenue à Ousmane Dembélé, qui a été accueilli par une acclamation retentissante de la part de ce qui reste son public.

Lire aussi:   Nissan va cesser de développer de nouveaux moteurs à combustion interne et se concentrer sur les véhicules électriques.

Face à son  » non  » de renouvellement ou de volonté de départ lors de la fenêtre de transfert hivernale, le  » culer  » a répondu à une large majorité par ces sifflets répétés lors des premières actions de l’ailier français. Les sifflets auraient pu affecter la performance d’une équipe du Barça qui a été de moins en moins performante après ces changements et n’a pas donné un sentiment de danger.

Malgré les sifflets et un début un peu terne, Dembélé a fini par être le catalyseur dont l’équipe de Xavi Hernández avait besoin. Il a ouvert des espaces sur la droite, envoyé de bons centres pour ses coéquipiers mais n’a pas été capable d’être plus décisif. Ce Barça erratique, mais dominant, devra s’affûter pour le match retour et, si c’est le cas, il a une chance d’éliminer le Napoli de Spalletti, qui devra aussi s’améliorer, et beaucoup.

FICHE D’INFORMATION.

–RÉSULTAT : FC BARCELONA, 1 – NAPLES, 1 (0-1, à la mi-temps).

–ÉQUIPES.

FC BARCELONE : Ter Stegen ; Mingueza (Dest, min.81), Piqué, Eric Garcia, Jordi Alba ; F. De Jong (Busquets, min.65), Nico (Gavi, min.65), Pedri ; Adama (Dembélé, min.65), Aubameyang (L. De Jong, min.86) et Ferran Torres.

NAPOLES : Meret ; Di Lorenzo, Koulibaly, Rrahmani, Juan Jesus ; Fabian Ruiz, Anguissa (Malcuit, min.84) ; Elmas (Mário Rui, min.84), Zielinski (Demme, min.80), Insigne (Ounas, min.72) ; et Osimhen (Mertens, min.80).

–GOALS.

0-1. Min.29, Zielinski.

1-1. Min.59, Ferran Torres (p).

–REFEREE : István Kovács (RUM). Cartons jaunes pour Anguissa (min.39), Fabián (min.70), Meret (min.91) pour Naples.

-STADIUM : Camp Nou, 73 525 spectateurs.

Article précédentLe chancelier de l’université de l’État de Californie démissionne à la suite d’allégations de harcèlement sexuel contre un administrateur
Article suivantL’Allemagne confirme plus de 220 000 cas et 260 décès par coronavirus au cours de la dernière journée