Accueil Dernières minutes L'International L’Australie refuse de demander aux États-Unis d’abandonner les poursuites contre Assange et...

L’Australie refuse de demander aux États-Unis d’abandonner les poursuites contre Assange et préconise la voie « diplomatique ».

0

Paris, 20 jun. (Cinktank.com) –

Le Premier ministre australien, Anthony Albanese, a refusé lundi de demander aux États-Unis d’abandonner les poursuites engagées contre le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, préférant aborder la situation par la voie « diplomatique ».

« Certaines personnes pensent que si vous mettez des choses en majuscules sur Twitter et ajoutez un point d’exclamation, cela les rend plus importantes. Ce n’est pas le cas », a déclaré M. Albanese, cité par The Australian. « J’ai l’intention de diriger un gouvernement qui interagit de manière diplomatique et appropriée avec nos partenaires.

Il a souligné qu’il avait déjà fait connaître « clairement » sa position sur l’affaire Assange. « J’ai été clair l’année dernière. Je me réfère à mes commentaires de l’époque », a-t-il déclaré, faisant référence aux déclarations qu’il a faites en 2021, lorsqu’il était dans l’opposition, en faveur de la libération d’Assange.

M. Albanese a défendu en décembre que le fondateur de WikiLeaks avait « payé un grand prix » pour avoir publié les informations qui ont conduit à son inculpation par les États-Unis. Il a ajouté qu’il ne voyait aucun intérêt à « poursuivre la persécution » d’Assange.

De son côté, l’épouse d’Assange, Stella Moris, a souligné qu’il y avait eu « un changement » dans la position de Canberra sur l’affaire et a mis en garde contre la détérioration de l’état physique et mental du fondateur de Wikileaks, selon la chaîne australienne ABC.

Lire aussi:   Les Philippines établissent un nouveau record d'infection avec 34 000 cas signalés

L’Australie annonce la première livraison de véhicules blindés de transport de troupes à l’Ukraine

« On a l’impression de courir un marathon depuis longtemps et vous savez, c’est dur mentalement et physiquement », a-t-il expliqué. « Maintenant, on a l’impression qu’il y a beaucoup de gens qui courent avec nous et que nous sommes sur la ligne d’arrivée », a-t-il fait remarquer.

La ministre britannique de l’Intérieur, Priti Patel, a signé vendredi l’ordonnance autorisant l’extradition vers les États-Unis du fondateur de Wikileaks, accusé d’espionnage à la suite de la fuite de milliers de documents secrets, bien qu’un appel de la décision soit possible.

M. Assange a tenté en vain d’obtenir des tribunaux britanniques qu’ils empêchent son transfert aux États-Unis, invoquant son mauvais état de santé et la lourde peine qu’il pourrait encourir pour le travail de son organisation dans la diffusion de documents en 2010 et 2011.

Le fondateur de WikiLeaks a été arrêté en avril 2019, après près de sept ans de détention à l’ambassade d’Équateur à Londres. M. Assange avait initialement cherché à se réfugier dans l’ambassade pour éviter une éventuelle extradition vers la Suède, où il faisait également l’objet d’une enquête, et craignait qu’il s’agisse d’un premier pas vers les États-Unis.

Lire aussi:   La Russie nie avoir déplacé des civils de Mariupol vers des "camps" et accuse l'Ukraine d'utiliser des "boucliers humains".
Article précédentSerena Williams réagit à l’annonce de la grossesse de Caroline Wozniacki : « Je t’aime ».
Article suivantVolkswagen pourrait dépasser Tesla pour s’emparer de la première place des ventes de véhicules électriques à batterie d’ici 2024 : rapport.