Accueil Dernières minutes L’application de rencontres Grindr condamnée à une amende de 7 millions de...

L’application de rencontres Grindr condamnée à une amende de 7 millions de dollars pour avoir partagé les données personnelles de ses utilisateurs

0

L’organisme norvégien de surveillance de la protection des données a infligé mercredi une amende de 65 millions de couronnes danoises (7,16 millions de dollars) à l’application de rencontres gay Grindr pour avoir transmis des données personnelles sensibles à des centaines de partenaires publicitaires potentiels sans le consentement des utilisateurs, ce qui constitue une violation des règles strictes de l’Union européenne en matière de protection de la vie privée. L’autorité norvégienne chargée de la protection des données a déclaré qu’elle avait infligé l’amende la plus élevée à ce jour parce que la société californienne ne s’était pas conformée aux règles strictes de l’UE en matière de protection des données. La Norvège n’est pas membre du bloc de 27 pays, mais elle suit de près les règles de l’UE.

Grindr a déclaré que les conclusions de l’agence concernaient des politiques de consentement datant d’il y a plusieurs années, et non ses pratiques actuelles, et qu’il envisageait les prochaines étapes, notamment un appel. Le chien de garde des données « s’appuie sur une série de conclusions erronées, introduit de nombreuses perspectives juridiques non testées, et l’amende proposée est donc encore totalement disproportionnée par rapport à ces conclusions erronées », a déclaré le responsable de la protection de la vie privée de Grindr, Shane Wiley.

Lire aussi:   Foxconn, le fournisseur de l'iPhone d'Apple, entame les travaux de sa première usine de batteries pour véhicules électriques

En 2020, le Conseil norvégien des consommateurs a déposé une plainte contre Grindr pour avoir divulgué à plusieurs tiers, à des fins de marketing, des informations sur ses utilisateurs, notamment leur localisation GPS, leur adresse IP, leur âge, leur sexe et leur utilisation de l’application. Cela a permis aux utilisateurs d’être identifiés et aux tiers de partager potentiellement des informations personnelles. L’organisme de surveillance de la protection des données a déclaré que les utilisateurs « ont été contraints d’accepter la politique de confidentialité dans son intégralité pour utiliser l’application » et qu’il ne leur a pas été demandé spécifiquement s’ils souhaitaient que leurs données soient partagées avec des tiers « à des fins de publicité comportementale ».

« En outre, les informations relatives au partage des données personnelles n’ont pas été correctement communiquées aux utilisateurs », contrairement aux exigences de l’UE en matière de « consentement valide », a déclaré l’agence. Le directeur de la politique numérique du Conseil des consommateurs, Finn Myrstad, a déclaré que la décision de l’autorité de protection des données « envoie un signal fort à toutes les entreprises impliquées dans la surveillance commerciale ».

Lire aussi:   Comment activer le "mode de navigation sécurisé amélioré" dans Google Chrome pour une expérience de navigation Internet sûre ?

Ala Krinickyte, de l’association à but non lucratif European Center for Digital Rights, a déclaré :  » Il est étonnant que la DPA doive convaincre Grindr que ses utilisateurs sont LGBT+ et que ce fait n’est pas une marchandise à troquer.  » Grindr a déclaré dans un communiqué que « la protection des intérêts des utilisateurs et l’assurance que nous leur donnons le contrôle de leurs données personnelles ont toujours été nos principales priorités. »

Article précédentLe contenu de Minecraft totalise 1 trillion de vues sur YouTube
Article suivantLes dirigeants de l’UE cherchent à coordonner les mesures anti-Covid face aux vacances après avoir resserré certaines de leurs restrictions