Accueil Dernières minutes Sport L’ancien entraîneur de Djokovic critique le déménagement de Wimbledon : Boris Johnson...

L’ancien entraîneur de Djokovic critique le déménagement de Wimbledon : Boris Johnson est fou.

0

L’ancien entraîneur de Novak Djokovic, Nikola Pilic, était furieux après avoir appris la décision de Wimbledon, car il se demande ce que Daniil Medvedev et Andrey Rublev ont à voir avec ce que fait la Russie en Ukraine.

La semaine dernière, Wimbledon a annoncé que les joueurs russes et bélarussiens ne seront pas autorisés à participer aux compétitions de Wimbledon. Certains pensent que le gouvernement britannique est à l’origine de la décision d’interdire les joueurs russes et biélorusses et que les organisateurs de Wimbledon ont finalement accepté de prendre cette décision.

Pilic, vice-champion de France en 1973, a déclaré qu’il serait curieux de voir ce qui se passerait si d’autres joueurs décidaient de boycotter Wimbledon. « Boris Johnson est fou !

Rublev et Medvedev n’ont rien à voir avec Poutine, ils veulent juste jouer au tennis comme tout le monde. La politique s’est trop immiscée dans le sport et je pense que cette situation pourrait être très similaire à celle de 1973.

Lire aussi:   Collin Morikawa gagne 1500 dollars par tir

Dans le sens où quelqu’un pourrait dire « si ces joueurs de tennis ne jouent pas, nous ne jouons pas » et, à ce moment-là, je serais curieux de voir quelle serait la réaction de Wimbledon », a déclaré M. Pilic à la Commission européenne. Ubitennis.

Pilic a rencontré Djokovic dimanche.

Après la finale de Belgrade, Pilic a participé à une cérémonie spéciale sur le terrain organisée par Djokovic. Lorsque Pilic est entré sur le terrain, Djokovic l’a appelé son père de tennis.

Après avoir partagé une accolade, Djokovic a remis à Pilic une boîte contenant un cadeau. Interrogé sur la décision de Wimbledon, Djokovic a également déclaré qu’il n’était pas favorable à ce que les joueurs russes soient sanctionnés pour quelque chose sur lequel ils n’ont aucun contrôle.

« La politique existe dans le sport, vous avez des structures politiques dans l’organisation. Je parle de cas plus importants d’ingérence politique. Je maintiens ce que j’ai dit. Il n’y a pas besoin de suspendre un athlète, pas seulement un joueur de tennis », a déclaré Djokovic.

Lire aussi:   Jay Monahan, commissaire du PGA Tour, à propos de LIV Golf : Comment cela peut-il être bon ?

« Je ne vois pas comment ils affectent la guerre. Nous avons une règle dans le tennis sur l’interdiction de la discrimination, qui parle de la règle de la classification de la non-nationalité. Wimbledon a violé cela, l’ATP a parlé. »

Article précédentRafael Nadal prolonge un record inégalé et passe 17 ans dans le top-10
Article suivantDominic Thiem : je ne suis pas encore prêt à gagner un tournoi