Accueil Dernières minutes L'International L’Allemagne assure qu’elle ne se laissera pas intimider par les « mercenaires russes »...

L’Allemagne assure qu’elle ne se laissera pas intimider par les « mercenaires russes » et maintiendra son contingent au Mali

0

BERLIN, 22 janv. (DPA/PE) –

La ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht, a assuré ce samedi que le pays continuerait à maintenir son contingent au Mali après avoir une nouvelle fois dénoncé la présence de mercenaires russes de la société privée Wagner.

« Nous ne reculerons pas, nous ne rendrons pas la tâche aussi facile aux Russes », a déclaré le ministre dans une interview publiée aujourd’hui par ‘Die Welt am Sonntag’. « Moscou ne va pas faire, a-t-il poursuivi, que l’Occident se retire par défaut des endroits où il ne veut même pas nous voir, et qu’il manifeste en envoyant des mercenaires », a-t-il indiqué.

Le gouvernement du Mali, une junte militaire putschiste, a récemment reconnu la présence d’instructeurs russes dans le pays et a déclaré qu’ils avaient reçu le même mandat que la mission de formation de l’Union européenne au Mali. Le contingent allemand est composé d’environ 1 500 soldats.

Des pays comme l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni avaient accusé les autorités maliennes d’avoir introduit des mercenaires de la société russe Wagner dans le pays africain. L’UE accuse Wagner de fomenter la violence et d’intimider les civils, c’est pourquoi le 13 décembre, il a fini par imposer des sanctions à l’organisation.

Le ministre en a profité pour lancer un message fort aux autorités militaires du pays. « S’ils veulent avoir la présence de la Bundeswehr (l’armée allemande), ils doivent s’assurer que les conditions sont adéquates », a-t-il affirmé.

Lire aussi:   Les États-Unis remettent en question la présence de troupes de l'OTSC au Kazakhstan

Ainsi, Lambrecht a indiqué que les soldats devraient pouvoir se déplacer librement et protégés de la meilleure façon possible.

Le Mali est désormais sous les effets d’un coup d’État après celui effectué en août 2020 et qui a renversé le président de l’époque, Ibrahim Boubacar Keita. La junte militaire a nommé un président et un Premier ministre de transition, bien que tous deux aient été renversés lors d’un deuxième coup d’État en mai 2021 qui a finalement élevé son chef, Assimi Goita, au poste de président.

Le pays est actuellement sous sanctions de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) pour ses tentatives de prolonger la transition démocratique entre quatre et cinq ans, alors que l’organisme international a plutôt proposé une période maximale de 16 mois pour déclarer des élections.

En ce sens, la ministre a également tenu à faire part « très clairement » de son désaccord avec les autorités maliennes sur leurs projets de retardement de la transition. « Il ne se peut pas non plus que les élections soient suspendues pendant cinq ans ou qu’ils coopèrent avec des mercenaires coupables de graves violations des droits de l’homme », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   López Obrador recommande à l'Argentine d'accepter l'extension du remboursement de la dette par le FMI
Article précédentAncelotti : « Le calendrier est fou et doit être réglé.
Article suivantLa Ligue arabe convoque une réunion extraordinaire pour discuter de l’attaque des Émirats par les Huthis.