Accueil Dernières minutes L'International La Syrie se tourne vers l’Ukraine pour connaître l’impact de la guerre...

La Syrie se tourne vers l’Ukraine pour connaître l’impact de la guerre sur son propre conflit

0

Murale en solidarité avec l'Ukraine à Binnish, Syrie.


Murale en solidarité avec l’Ukraine à Binnish, Syrie. – Anas Alkharboutli/dpa

Suivez en direct les dernières nouvelles sur la guerre en Ukraine.

La prolongation du conflit ukrainien pourrait inciter la Russie à retirer les troupes indispensables au régime d’Assad.

Paris :, 13 Mar. (Cinktank.com) –

L’implication de la Russie dans la guerre en Syrie en septembre 2015 aux côtés de Bachar el-Assad a été un tournant qui a permis au président syrien de regagner une grande partie du terrain perdu au profit des rebelles. Aujourd’hui, alors que la Russie est impliquée dans un nouveau conflit en Ukraine, les perspectives, qui semblaient de plus en plus favorables à Al-Assad, pourraient changer à nouveau.

Le président syrien a été l’un des premiers à soutenir l' »opération spéciale » menée par Vladimir Poutine en Ukraine pour « dénazifier » le pays le 24 février. Ce n’est pas surprenant, estime Aron Lund, expert à l’Agence suédoise de recherche sur la défense (FOI), car « le régime Assad est trop dépendant de la Russie pour remettre en question la politique du Kremlin, surtout sur une question aussi importante pour les Russes ».

Cependant, si « la Russie est distraite ou affaiblie par la guerre et les sanctions occidentales, cela pourrait être mauvais pour son partenaire syrien », prévient-il dans des commentaires pour l’ISPI.

Une analyse partagée par le Soufan Center, qui estime que le conflit en Ukraine « pourrait potentiellement modifier le cours de la nature des champs de bataille en Syrie », où, ces quatre dernières années, l’opposition à el-Assad a été pratiquement confinée à la province d’Idlib, au nord-ouest du pays.

Si le conflit en Ukraine s’éternise et se transforme en « campagne anti-insurrectionnelle ou en une guerre plus large en Europe de l’Est, il est concevable que Poutine soit contraint de redéployer les forces militaires russes de la Syrie vers l’Ukraine », souligne le groupe d’analyse. Moscou possède une base aérienne à Hmeimin et une base navale à Tartus.

« Les forces syriennes seules, épuisées après des années de guerre, ne sont pas suffisantes pour empêcher l’opposition d’avancer dans le territoire contrôlé par le gouvernement si l’aviation russe est retirée du champ de bataille », prévient-il, prédisant que cela conduirait très probablement à un rôle accru de l’Iran en Syrie.

En outre, selon le Soufan Center, une présence militaire russe réduite « pourrait potentiellement permettre aux cellules de l’État islamique en Syrie, ainsi qu’en Irak, d’étendre leurs opérations et de tenter de reconquérir le territoire qu’elles ont perdu depuis 2015 source des États-Unis et de leurs alliés. »

Lire aussi:   Des experts britanniques mettent en garde contre jusqu'à 6 000 décès par jour en deux semaines si aucune restriction n'est imposée

IMPACT ÉCONOMIQUE

Cependant, ce qui inquiète le plus les Syriens – et qui pourrait finalement compliquer la situation pour el-Assad – c’est l’impact économique que le conflit en Ukraine pourrait avoir sur la Syrie. Pour l’heure, la lire syrienne a fortement chuté par rapport au dollar et le gouvernement syrien a déjà rationné les produits de base tels que le blé, le sucre et l’huile de cuisson.

L’Ukraine et la Russie sont responsables d’environ un tiers des importations mondiales de blé. C’est pourquoi les prix ont grimpé en flèche depuis le début du conflit et l’on craint des problèmes d’approvisionnement dans les mois à venir.

Bien que la Syrie produise également du blé, les onze années de guerre ont gravement affecté la capacité de production du pays, de sorte que la hausse des prix ou les pénuries de cette denrée de base auront un fort impact sur la population.

La situation humanitaire dans le pays était déjà dramatique. Selon les Nations unies, 90 % de la population vit actuellement sous le seuil de pauvreté, 12 millions de personnes sont déjà en situation d’insécurité alimentaire et un nombre sans précédent de 14,6 millions de personnes ont besoin d’une aide humanitaire.

Le pays souffre également de la pire sécheresse depuis des décennies, tandis que l’inflation, qui était déjà proche de 140 % au début de l’année, continue d’augmenter, a averti cette semaine la Commission d’enquête des Nations unies sur la Syrie, soulignant que le conflit en Ukraine contribuera à la hausse des prix et poussera davantage de Syriens dans la pauvreté.

RÉVISION DES SANCTIONS

À cet égard, la Commission a appelé à un réexamen de la mise en œuvre et de l’impact des sanctions en place contre la Syrie afin d’atténuer les conséquences involontaires qu’elles ont sur la vie quotidienne des Syriens.

Si ce n’est pas le cas, a affirmé le chef de la Commission, Paulo Pinheiro, « cela pourrait conduire à de nouvelles pénuries et entraver l’aide humanitaire aux plus vulnérables, avec un impact dévastateur sur tout le monde sauf l’élite politique et économique. »

Actuellement, il n’existe qu’un seul point de passage pour l’aide humanitaire à Idlib, la région principalement contrôlée par le groupe Hayat Tahrir al Sham (HTS), héritier du Front al Nusra qui était autrefois affilié à Al-Qaïda.

Si le conflit en Ukraine s’éternise, la Russie pourrait choisir d’opposer son veto en juin prochain au renouvellement de la résolution autorisant le passage de l’aide pour nuire à l’Occident. Cela mettrait en danger les 4 millions de Syriens qui en dépendent et augmenterait la pression sur la Turquie voisine, où ils pourraient tenter de se réfugier s’ils ne parviennent pas à recevoir de l’aide, avertit le Center for Strategic and International Studies (CSIS).

Lire aussi:   HRW demande la libération de l'activiste vietnamien Pham Doan Trang

En outre, si les conditions de vie se détériorent davantage pour les Syriens, dont beaucoup ont de graves problèmes pour satisfaire leurs besoins fondamentaux, des protestations contre le gouvernement, qui a répondu par le sang et le feu lorsque les premières manifestations ont commencé en mars 2011, il y a onze ans, ne sont pas à exclure.

DOUX MOMENT POUR AL ASSAD

D’un point de vue politique, la guerre en Ukraine n’est pas une bonne nouvelle pour Al Assad. Le président syrien a récemment réussi à renouer des relations avec plusieurs pays arabes qui, avec une vision plutôt pragmatique de la situation en Syrie, où le gouvernement contrôle une grande partie du pays, avaient choisi de laisser de côté leurs réticences.

Ainsi, en octobre dernier, le roi Abdallah II de Jordanie s’est entretenu pour la première fois en dix ans avec M. Al-Assad et a accepté de rouvrir la frontière. En outre, le monarque jordanien aurait demandé au président américain Joe Biden de modifier sa politique syrienne afin de se concentrer sur un « changement de comportement » plutôt que sur un « changement de régime » à Damas.

De son côté, le prince héritier des Émirats arabes unis, qui a rouvert son ambassade à Damas en 2018, a eu plusieurs contacts téléphoniques avec el-Assad. Bahreïn, en 2019, et Oman, en 2020, ont également rouvert leurs ambassades et, selon certains rapports, même l’Arabie saoudite envisage cette possibilité.

En outre, certains pays ont soutenu la possibilité que la Syrie revienne au sein de la Ligue arabe, dont elle a été suspendue. Le secrétaire général de l’organisation, Ahmed Abul Gheit, a déclaré jeudi à l’issue de la réunion ministérielle que la question n’avait pas été abordée et qu’elle serait traitée de manière bilatérale entre les pays arabes. S’il y a un consensus, a-t-il dit, la Syrie reviendra dans le corps, mais il a ajouté que cela ne semble pas être le cas pour le moment.

Toutefois, si, à la suite du conflit en Ukraine, la guerre en Syrie devait s’intensifier, l’équilibre actuel des forces pourrait être modifié, et certains des pays qui considèrent qu’accueillir Assad en leur sein est la moins mauvaise option après onze ans de guerre pourraient revenir sur leur position.

Article précédentMini interrompt la production dans son usine d’Oxford en raison de la pénurie de semi-conducteurs et de la crise en Ukraine.
Article suivantSamsung pourrait lancer de nouveaux smartphones de la série Galaxy A le 17 mars