Accueil Dernières minutes L'International La Suisse n’imposera pas de sanctions à la Russie pour la reconnaissance...

La Suisse n’imposera pas de sanctions à la Russie pour la reconnaissance de Donetsk et Lougansk

0

drapeau de la suisse


drapeau de la suisse – VINCENT ISORE / ZUMA PRESS / CONTACTOPHOTO

Vivre | Crise en Ukraine

GENÈVE (SUISSE), 23 fév. (DPA/PE) –

Le gouvernement suisse a annoncé ce mercredi qu’il ne se joindra pas à la grande partie de la communauté internationale qui prône l’imposition de sanctions à la Russie pour la reconnaissance des républiques autoproclamées de Donetsk et de Louganks.

Cependant, de l’exécutif, ils se sont opposés à ce que la Russie puisse utiliser la Suisse comme « plate-forme pour éviter les sanctions imposées par l’Union européenne », pour lesquelles ils ont indiqué qu’ils prendraient les mesures appropriées.

Historiquement, la Suisse se caractérise par sa position neutre dans les conflits entre pays. En ce sens, selon le ministre des Affaires étrangères, Ignazio Cassis, cela inclut de ne pas participer aux guerres et de traiter les deux parties de manière égale en termes d’exportations d’armes.

Lire aussi:   L'UE demande au personnel de son ambassade en Éthiopie de quitter le pays en raison de l'intensification du conflit

Cependant, le gouvernement suisse a montré son désaccord avec la dernière mesure prise par la Russie, car il considère que la reconnaissance de l’indépendance des deux provinces ukrainiennes est une violation du droit international.

Lundi, le président russe Vladimir Poutine a reconnu l’indépendance des régions de Donetsk et de Lougansk, et a ordonné quelques heures plus tard l’entrée des forces armées russes dans celles-ci dans le cadre d’une « mission de maintien de la paix », des décisions durement critiquées par la majorité des communauté internationale.

Le gouvernement ukrainien a chiffré lundi à 14 000 le nombre de morts au cours des huit années de conflit dans l’est du pays, avant d’ajouter qu’au moins 30 000 personnes ont été blessées, tandis que 1,5 million de personnes ont été contraintes de fuir leur foyer dans Crimée et Donbass pour échapper à « l’occupation » russe du territoire ukrainien.