Accueil Dernières minutes L'International La Russie nie toute relation entre ses manœuvres militaires et les consultations...

La Russie nie toute relation entre ses manœuvres militaires et les consultations avec l’OTAN

0

Paris :, 12 janvier (Cinktank.com) –

Les autorités russes ont démenti mercredi l’existence d’un lien entre leurs récents exercices militaires dans le pays et les consultations du Conseil avec l’OTAN, comme l’a confirmé le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov.

« Il n’y a aucune relation. Je tiens à vous rappeler que nous parlons de nos unités et de nos districts militaires sur le territoire de notre pays », a déclaré le porte-parole, qui a déclaré qu’il s’agissait d’une « pratique courante parmi toute force armée ».

En ce sens, il a déclaré que Moscou ne négocie pas en position de « force » par rapport aux garanties de sécurité avec les États-Unis. « Le président (Vladimir Poutine) a déclaré qu’il n’y avait et ne pouvait pas y avoir d’ultimatum », a-t-il déclaré.

Il a également précisé que le pays est attentif aux déclarations « agressives » faites par Washington dans le cadre des consultations. Le premier tour des négociations a eu lieu le 9 janvier dans la ville suisse de Genève.

Désormais, les pays de l’OTAN vont s’asseoir devant la Russie pour faire face à l’escalade des tensions à la frontière avec l’Ukraine, où la forte concentration militaire à Moscou a déclenché l’alarme d’une éventuelle agression contre Kiev.

Lire aussi:   L'ONU déclare qu'un échec "chaque année" n'est pas une solution pour la Syrie et réitère son inquiétude pour les enfants de Hasakah.

Comme l’ont confirmé des sources diplomatiques, la réunion réunira mercredi les 30 alliés avec les autorités russes, lors d’une réunion présidée par le secrétaire général, Jens Stoltenberg, à laquelle les États-Unis seront représentés par leur secrétaire d’État adjointe, Wendy Sherman. , et la Russie par son vice-ministre des Affaires étrangères, Alexander Grushko.

Fin 2021, le ministère russe des Affaires étrangères a publié ses propositions pour les États-Unis et l’OTAN sur les garanties de sécurité en Europe, dans lesquelles il exhortait Washington à renoncer au déploiement d’armes nucléaires en dehors du territoire national et à retirer celles déjà placées.

En ce sens, le Kremlin s’est inquiété de l’initiative des États-Unis sur l’entrée de la Finlande dans l’OTAN. « Bien sûr, toute expansion de l’OTAN inquiète la Russie. L’OTAN n’est pas une institution de développement. L’OTAN est un outil de confrontation. (…) Par conséquent, l’expansion de ce mécanisme représente une menace pour nous. », s’est manifesté.

Lire aussi:   Le Mexique et l'Argentine annoncent qu'ils se réuniront pour arrêter leur position en vue du Sommet des Amériques.

Ce même mercredi, le président de la Douma, Viacheslav Volodine, a affirmé que la baisse des tensions au niveau mondial dépend de la position des Etats-Unis dans le cadre des pourparlers avec la Russie, selon les informations de l’agence de presse TASS.

Pour Volodine, Washington ne peut que soutenir les garanties de sécurité proposées par Moscou ou prendre la responsabilité de ne pas le faire. En outre, il a accusé le pays nord-américain de « détruire le système de sécurité international qui a été construit pour empêcher la répétition de la Seconde Guerre mondiale ».

Article précédentGodin part au Brésil pour jouer à l’Atletico Mineiro
Article suivantInfirmière abattue par des militants présumés de l’État islamique dans le camp d’al-Hol, en Syrie.