Accueil Dernières minutes L'International La Russie met en garde contre une escalade des tensions avec l’OTAN...

La Russie met en garde contre une escalade des tensions avec l’OTAN et appelle à des « garanties de sécurité »

0

Moscou dit ne plus faire confiance à l’alliance

Paris :, 13 (Cinktank.com)

Le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov, a mis en garde ce lundi contre une possible montée des tensions avec l’Otan et a demandé à l’alliance des « garanties de sécurité » car un affrontement pourrait « ébranler le monde ».

« L’absence de progrès dans la résolution politico-diplomatique de ce problème conduira à une réponse militaire de la Russie (…) et il y aura une nouvelle vague de confrontation », a déclaré Riabkov à l’agence de presse Spoutnik.

Riabkov répond ainsi à la demande du président russe Vladimir Poutine, qui après une rencontre avec plusieurs hauts responsables, a demandé au ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov de réduire les tensions avec la communauté internationale pour éviter les conflits aux frontières occidentales du pays. À cet égard, il a souligné l’importance d’obtenir des garanties de sécurité « crédibles et durables ».

Le vice-ministre russe a rappelé que Moscou avait retardé le déploiement de missiles à moyenne et courte portée après que les États-Unis ont rompu le traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (INF) en août 2019. « Aujourd’hui, nous n’avons pas déployé ces missiles et nous exhortons l’OTAN et les États-Unis à adhérer au moratoire », a-t-il déclaré.

Cependant, les pays membres de l’OTAN ont pour le moment refusé d’adhérer à ce moratoire et ont laissé la porte ouverte à un déploiement de missiles de ces caractéristiques en Europe. Riabkov a préconisé l’établissement d’un dialogue pour résoudre la question. « Nous allons nous concentrer sur le travail avec les Américains (…) ce qui est logique en raison de leur rôle de leader dans l’alliance », a-t-il déclaré.

Lire aussi:   Le chef de la police d'Uvalde défend la réponse de la police lors du massacre de l'école Robb.

Le gouvernement russe a accusé les États-Unis de s’accrocher à l’idée que la Russie se prépare soi-disant à envahir l’Ukraine, ce qui, selon Moscou, « n’a pas de sens ».

« Les Etats-Unis n’ont aucun droit politique ou moral de nous tenir responsables de ce que nous faisons sur notre territoire », a insisté Riabkov, qui a déclaré que cette idée « n’existe pas et ne peut pas exister ».

Ainsi, il a regretté que Moscou ne fasse plus confiance à l’OTAN, notamment sur les questions d’armement. « Les affirmations selon lesquelles l’OTAN n’a pas l’intention de déployer des missiles de ce type dotés de capacités nucléaires ne nous convainquent de rien. Nous ne faisons plus confiance à l’OTAN car plusieurs fois ils nous ont dit une chose, après-demain une autre et un an plus tard une autre » , a indiqué.

Pour cette raison, a-t-il dit, l’une des raisons pour lesquelles la Russie exige des garanties contre l’extension de l’OTAN vers ses frontières est due au fait que « toutes les promesses du bloc ont été renversées ».

« Les alliés de l’OTAN agissent d’une manière qui leur est profitable. Sans compter sur les intérêts de notre sécurité nationale. Pour cette raison, nous ne jouons plus à ces jeux ni ne faisons plus confiance à l’Alliance atlantique », a-t-il fait remarquer.

Poutine a souligné à plusieurs reprises que les troupes russes se trouvent sur le territoire russe et qu’elles ne menacent personne. Les accusations d’une éventuelle invasion de l’Ukraine ont été rejetées à plusieurs reprises par les autorités russes, qui ont averti que ces déclarations sont utilisées pour déployer un plus grand nombre de troupes de l’OTAN à leurs frontières.

Lire aussi:   Les talibans font part de la volonté des États-Unis de garantir un accès total à l'éducation et un passage sûr en Afghanistan

QUESTIONS DIPLOMATIQUES

D’autre part, le vice-ministre a indiqué que la Russie avait envoyé plus de 500 notes aux États-Unis dans lesquelles elle exigeait la restitution des « propriétés diplomatiques » comme première étape pour « en permettre l’accès ».

« Le nombre de notes diplomatiques que notre ambassade à Washington a envoyées au département d’Etat a déjà dépassé les 500 », a-t-il rappelé. Ces notes sont envoyées toutes les deux semaines et, comme cela a été confirmé, le gouvernement russe est prêt à « continuer à les envoyer ».

« C’est une manière de souligner à quel point nous sommes préoccupés et alarmés par cette situation absolument insupportable et à quel point les arguments américains sont inacceptables pour nous », a ajouté Riabkov.

Selon le diplomate, Poutine a de nouveau soulevé cette question avec son homologue américain, Joe Biden, lors de leur dernière conversation le 7 décembre. « Dans sa conversation téléphonique, le président de la Russie a soulevé cette question de manière très dure avec Biden. Et la manière même de la soulever, j’en suis sûr, a attiré une attention supplémentaire sur la question », a-t-il déclaré.

Cependant, les présidents des deux pays ne sont pas parvenus à un accord pour le moment sur ces questions diplomatiques. « Nous espérons que, dans un premier temps, ils donneront accès à nos équipes opérationnelles ou simplement à des diplomates. (…) Mais cela ne veut pas dire que nous en sommes satisfaits. Nous devons récupérer ce bien. Sa saisie est complètement illégal, cela ne rentre dans aucun canon », a-t-il déclaré.

Article précédentReal Madrid-Benfica, Atlético-Bayern et Villarreal-City, huitièmes de finale de la Ligue des Champions
Article suivantLe Premier ministre israélien rencontre le prince héritier des Émirats arabes unis lors de sa visite dans ce pays.