Accueil Dernières minutes L'International La Russie menace de fermer une dizaine de médias s’ils ne suppriment...

La Russie menace de fermer une dizaine de médias s’ils ne suppriment pas les informations liées à Navalni

0

Paris :, le 1er février (Cinktank.com) –

Les autorités russes ont menacé de fermer une dizaine de médias en ligne s’ils ne retiraient pas les informations sur une série d’enquêtes menées par l’opposition Alexeï Navalni sur la corruption.

La chaîne indépendante Dozhd a dénoncé avoir reçu jusqu’à présent l’ordre de retirer six de ses articles, tandis que la station de radio Ekho Moskvy a reçu 34 ordres similaires, bien que le portail Meduza en ait reçu 17 autres, Znak.com treize et Svodobnyie New neuf.

D’autres médias au niveau régional ont également reçu l’ordre de retirer la couverture des enquêtes de Navalni, qualifiées d' »extrémistes » par les autorités, selon les informations de Dozhd.

Ces informations couvraient les enquêtes menées par le dissident en 2017 et qui accusaient l’ancien Premier ministre Dimitri Medvedev dans des entreprises détenues illégalement et comprenaient des accusations contre des hauts responsables gouvernementaux, dont le président Vladimir Poutine.

Le bureau du procureur a toutefois indiqué que ces publications distribuent du matériel appartenant à une organisation extrémiste, elles doivent donc être retirées. Le gouvernement a mis sur liste noire les organisations de Navalni et interdit leurs activités dans le pays.

Lire aussi:   Deux avions de chasse américains survolent la Baltique à l'occasion du centenaire des relations avec l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie.

Plusieurs associés de Navalni ont quitté la Russie, tandis que cinq coordinateurs au niveau régional ont été assignés à résidence pour appartenance à ces groupes. Les médias susmentionnés ont indiqué qu’ils se conformeraient aux ordres pour tenter d’éviter d’être bloqués.

Article précédentLa Corée du Sud, 15e équipe à se qualifier pour la Coupe du monde au Qatar
Article suivantLes talibans nomment une femme à la tête d’un hôpital de Kaboul, la première depuis qu’ils ont pris le pouvoir en Afghanistan.