Accueil Dernières minutes L'International La Russie et l’Ukraine soulignent que la deuxième journée de pourparlers pourrait...

La Russie et l’Ukraine soulignent que la deuxième journée de pourparlers pourrait avoir lieu ce mercredi

0

Dossier - porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov.

Dossier – porte-parole du Kremlin Dimitri Peskov. – Ralf Hirschberger/dpa-Zentralbil – Archives

Vivre | Crise en Ukraine

Le parquet russe suspend les émissions de la station de radio d’opposition Echo de Moscou pour sa couverture

Paris :, 2 (PRESSE EUROPÉENNE)

Les autorités de la Russie et de l’Ukraine ont souligné ce mercredi que la deuxième journée de pourparlers pour tenter de parvenir à un accord pour mettre fin au conflit pourrait avoir lieu dans la journée, bien que l’heure ou le lieu n’aient pas encore été officiellement précisés, au milieu de l’intensification de l’offensive militaire russe.

Le porte-parole de la Présidence russe, Dimitri Peskov, a souligné que la délégation russe est prête pour les contacts. « En fin d’après-midi, notre délégation sera sur place en attendant les négociateurs ukrainiens. Notre délégation sera prête à poursuivre la conversation ce soir », a-t-il déclaré.

Peskov a refusé de préciser où aura lieu la réunion, bien que Vladimir Medinski, conseiller de la présidence russe, ait précédemment indiqué qu’elle se tiendrait à la frontière entre la Pologne et la Biélorussie. La première réunion a eu lieu lundi à la frontière entre la Biélorussie et l’Ukraine.

De même, le porte-parole du Kremlin a évité de commenter les résultats possibles des contacts et a déclaré qu' »il faut d’abord prédire si les négociateurs ukrainiens iront ou non ». « Espérons que cela se produise. Notre peuple sera là, prêt à s’asseoir à la table des négociations », a-t-il réitéré.

« Toutes les conditions nécessaires pour résoudre cette situation ont été formulées assez clairement par le président de la Russie (Vladimir Poutine), y compris une liste de conditions que Poutine a expliquées en détail à ses interlocuteurs lors d’appels téléphoniques internationaux », a-t-il conclu.

Lire aussi:   Le chef du Bloc de gauche encourage le vote au Portugal car "l'abstention n'est pas la solution"

De son côté, Oleksiy Arestovich, l’un des conseillers de la présidence ukrainienne, a souligné que ce mercredi est une date « probable » pour la rencontre, avant d’ajouter qu’il n’y aura pas de changement dans la composition de la délégation ukrainienne et qu’elle insistera sur leurs positions, comme le rapporte l’agence de presse ukrainienne UNIAN.

Auparavant, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dimitro Kuleba, avait souligné qu' »on ne sait toujours pas quand auront lieu les nouvelles négociations », tout en soulignant que « les exigences russes, en principe, restent inchangées ». « Ce sont des exigences que Poutine a présentées dans ses déclarations avant le début de la guerre », a-t-il déclaré, avant de souligner que Kiev « est prête pour les négociations et la diplomatie, mais les ultimatums de la Russie ne seront pas acceptés ».

SUSPENSION D’UNE DIFFUSION RUSSE

Dans un autre ordre d’idées, Peskov a également refusé de commenter la décision du parquet de suspendre les émissions de la radio Echo de Moscou, adoptée mardi, bien qu’il ait déclaré que Poutine en était au courant, selon les informations russes. agence Inferfax.

Lire aussi:   Un obus frappe une base militaire à l'ouest de la capitale irakienne.

« Nous ne pouvons pas et nous n’allons pas du tout commenter cela. Nous verrons plus tard », a-t-il déclaré. « Bien sûr, le président est au courant de la décision. C’est une décision du parquet, qui exerce ses pouvoirs dans cette situation et fait son travail », a-t-il ajouté.

Les émissions de cette radio ont été suspendues mardi après les critiques des autorités russes pour sa couverture de la guerre en Ukraine. Le rédacteur en chef du média, Benedikt Venediktov, a confirmé plus tard que les émissions avaient été bloquées.

Le parquet accuse la station, qui a commencé à fonctionner au début des années 1990, de publier « consciemment de fausses informations ». Les autorités avaient déjà accusé ce média et d’autres détracteurs des autorités d’avoir diffusé de fausses informations sur le conflit dans le passé.

Moscou parle officiellement d’une « opération militaire » en Ukraine, et non d’une invasion, et a interdit aux médias d’utiliser des mots comme « attaque » ou « invasion ». D’autre part, le portail d’information Dozhd a également reçu un avertissement d’un éventuel blocage en raison de son contenu.

Article précédentPellegrini : « Nous devons nous assurer que la motivation excessive ne nous amène pas à faire des erreurs ».
Article suivantLes milices de l’est de l’Ukraine affirment que 10 personnes ont été tuées dans des bombardements de l’armée ukrainienne.