Accueil Dernières minutes L'International La Russie affirme que « n’a aucun doute » de quoi « une solution sera...

La Russie affirme que « n’a aucun doute » de quoi « une solution sera trouvée » mettre fin à la guerre en Ukraine

0

Archive - Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères

Archive – Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires étrangères – -/Ministère russe des Affaires étrangères /dpa – Fichier

Vivre | Crise en Ukraine

Lavrov confirme qu’il y aura aujourd’hui des contacts avec une délégation ukrainienne et dénonce que Kiev « reçoit des instructions des États-Unis »

Paris :, 3 (PRESSE EUROPÉENNE)

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a souligné ce jeudi qu’il y aura dans la journée des contacts avec l’Ukraine pour tenter de parvenir à un accord et a ajouté que « n’a aucun doute » de quoi « une solution sera trouvée » pour mettre fin au conflit déclenché le 24 février.

« Bien sûr, une solution sera trouvée, je n’ai aucun doute. Les conditions, minimales pour nous, sont bien connues. Ils seront discutés, également dans les négociations avec la partie ukrainienne. C’est arrivé à Gomel et ça arrivera aujourd’hui »a-t-il déclaré, selon l’agence de presse russe TASS.

De même, il a souligné que la délégation ukrainienne recevait des instructions des États-Unis et a critiqué le fait que « trouver des raisons de reporter les négociations »initialement prévu mercredi. « Ils reçoivent des instructions de Washington, cela ne fait aucun doute. Ce pays est totalement dépendant »a-t-il argumenté.

Lavrov a également souligné que la situation en Ukraine « ce n’est pas un film d’action hollywoodien » et que « il n’y a pas de mal absolu et de bien absolu »tout en soutenant que « les vrais tueurs se battent aux côtés du régime de Kiev ». A cet égard, il a souligné que « nazis » ils reçoivent une formation « en guérilla urbaine » par les autorités ukrainiennes.

Lire aussi:   La Russie espère être d'accord "avant ou après" avec l'Ukraine la reconnaissance de l'annexion de la Crimée

Le premier cycle de négociations a eu lieu le 28 février dans la région biélorusse de Gomel, près de la frontière avec l’Ukraine. Après la rencontre à cette occasion, le président ukrainien, Volodimir Zelenski, a regretté de ne pas avoir trouvé à Moscou les résultats escomptés pour mettre fin au conflit.

D’autre part, Lavrov est convaincu que « l’hystérie finira » et la Russie entrera en pourparlers avec les pays occidentaux. « Nous sommes toujours prêts au dialogue à une condition essentielle : qu’il soit fondé sur l’égalité, le respect et la prise en compte des intérêts de chacune des parties. »a expliqué.

« Je suis sûr que le monde écoute la Russie. C’est dur de dire à quel point il nous entend »a-t-il soutenu, avant de présenter ses condoléances pour la mort de civils et de militaires pendant le conflit en Ukraine, comme le rapporte l’agence de presse russe Interfax.

« Franchement, c’est très grave quand des gens meurent, qu’il s’agisse de militaires ou encore plus s’il s’agit de civils, de femmes et d’enfants, comme cela s’est produit pendant les huit années de guerre dans le Donbass et comme cela se produit actuellement lors de notre opération spéciale »s’est manifesté.

Lire aussi:   L'Autriche durcit les règles d'entrée et les voyageurs non vaccinés seront contraints de se mettre en quarantaine

Ainsi, le ministre russe des Affaires étrangères a souligné que l’objectif de l’offensive est « mettre fin à toute guerre qui pourrait avoir lieu sur le territoire ukrainien ». Enfin, il a critiqué les sanctions imposées par les pays occidentaux et déclaré qu’elles sont « assimilable à une taxe d’indépendance » De Russie.

Article précédentTebas : « Les clubs de Superliga mentent plus que Poutine ».
Article suivantL’opposition sud-coréenne se rassemble autour du candidat conservateur Yoon Suk Yeol à l’approche de l’élection présidentielle.