Accueil Dernières minutes L'International La Russie affirme que les « spéculations » sur une éventuelle invasion de l’Ukraine...

La Russie affirme que les « spéculations » sur une éventuelle invasion de l’Ukraine sont un « écran de fumée » des États-Unis.

0

Paris, 20 janv. (Cinktank.com) –

Le gouvernement russe a averti jeudi que les « spéculations » sur une prétendue attaque imminente des forces russes contre l’Ukraine sont un « écran de fumée » utilisé par les États-Unis pour justifier leurs « provocations militaires » dans la région.

« Les médias et les hauts responsables occidentaux et ukrainiens ont amplifié ces jours-ci les spéculations sur une prétendue attaque imminente de la Russie contre l’Ukraine. (…) Le but de cette campagne est de créer un écran de fumée informatif pour préparer ses propres provocations, y compris militaires, qui pourraient avoir des conséquences désastreuses pour la sécurité régionale et mondiale », a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Selon l’agence de presse Sputnik, l’envoi par le Royaume-Uni et le Canada d’armes et de troupes en Ukraine ne fait que « confirmer les craintes de Moscou de voir des provocations se préparer ».

Il a noté que les Britanniques ont déjà envoyé au moins six avions de transport militaire transportant des armes en Ukraine et a accusé Londres de fournir des armes antichars portables pour les combats dans les zones urbaines.

Le Canada, quant à lui, aurait envoyé plus de 200 soldats sous prétexte de « garder son ambassade » en Ukraine, a-t-il ajouté, avant d’accuser les États-Unis d’avoir injecté plus de 2,5 milliards de dollars (environ 2,2 milliards d’euros) dans les caisses de l’Ukraine entre 2014 et 2021.

Lire aussi:   Les talibans affirment qu'un demi-million de réfugiés sont rentrés en Afghanistan au cours des six derniers mois.

Moscou continue de qualifier les accusations d’une éventuelle invasion d' »absurdes et dangereuses » et parle de « campagnes de désinformation » pour justifier des mesures coercitives telles que les sanctions économiques.

Article précédentApple Music est la deuxième plus grande plateforme de streaming musical : rapport
Article suivantLes projets de loi visant Facebook, Google et les grandes entreprises technologiques vont être examinés par une commission du Sénat américain.