Accueil Sport Golf La présence de joueurs de LIV à BMW est ennuyeuse.

La présence de joueurs de LIV à BMW est ennuyeuse.

0

On ne connaît toujours pas la position officielle du DP World Tour concernant les joueurs qui ont décidé de rejoindre le circuit dissident de Greg Norman. Si en ce qui concerne la Ryder Cup, et a fortiori la capitainerie dont Stenson a été démis, l’état-major du groupe European Tour a été ferme, le flou demeure concernant les tournois réguliers de la saison.

Bmw Championship, situation

Une situation « bâtarde » dont on se souvient qu’elle avait fait grand bruit lors du Genesis Scottish Open lorsque trois joueurs (Ian Poulter, Adrian Otaegui et Justin Harding) avaient obtenu gain de cause auprès d’une instance juridique alors que le DP World Tour voulait les exclure du troisième Rolex Series de la saison, co-sanctionné par le PGA Tour.

Cette fois, c’est à Wentworth, au siège du DP World Tour, que les débats risquent d’être animés la deuxième semaine de septembre. En effet, sur la « liste d’entrée » du prestigieux tournoi londonien, outre les noms de Rory McIlroy, Jon Rahm, Matthew Fitzpatrick, Viktor Hovland, Billy Horschel le tenant du titre, Shane Lowry, Tyrrell Hatton, Tommy Fleetwood, Justin Rose ou Adam Scott, figurent ceux de plusieurs joueurs de la LIV.

Lire aussi:   Lydia Ko, la nouvelle reine de la LPGA de Gainbridge

Des joueurs américains pas vraiment en odeur de sainteté comme Kevin Na, Talor Gooch, Jason Kokrak, ou le membre à vie du DP World Tour, Patrick Reed ! Parmi les dissidents inscrits figurent également les joueurs de Ryder Cup Lee Westwood, Ian Poulter, Graeme McDowell, Martin Kaymer, Bernd Wiesberger ou Sergio Garcia.

On peut également citer Abraham Ancer, Sam Horsfield, Adrian Otaegui et Richard Bland, ainsi que le vainqueur du tournoi de Portland, Branden Grace, qui a déjà accumulé plus de 6 millions de dollars de gains en 3 tournois exhibition sur la LIV.

Tous ces joueurs qui, on s’en souvient, avaient motivé leur décision de rejoindre le circuit financé par le Fonds d’investissement public d’Arabie Saoudite par leur désir de jouer moins, afin d’être plus souvent aux côtés de leur famille, ont donc décidé de profiter de la faille du règlement du DP World Tour pour s’aligner au départ de la quatrième Rolex Series de la saison.

Lire aussi:   Jon Rahm, un succès de bout en bout au Mexique

Leur objectif ? Tenter de marquer des points mondiaux dont ils sont sevrés depuis leur exclusion du PGA Tour mais qui a pour conséquence de priver de nombreux joueurs d’une éventuelle participation à un tournoi très lucratif…

Parmi les victimes du laxisme du DP World Tour à l’égard des « rebelles » figurent quelques Français. Au premier rang desquels les deux promus du Challenge Tour l’an dernier, Julien Brun et Frédéric Lacroix.

Les joueurs de l’équipe de golf de St Laurent sont actuellement 6e et 7e réserves. Pire. Aucun joueur parmi les « diplômés » du Challenge Tour 2021 n’est en mesure de participer à ce tournoi historique de l’European Tour et nul doute que la polémique risque d’enfler à mesure que la date du premier tour (8 septembre) approchera.

Amers, les recalés espèrent notamment que Rory McIlroy, très actif lorsqu’il s’agit de défendre les intérêts du PGA Tour, n’hésitera pas à prendre la parole pour dénoncer une situation qu’ils jugent inacceptable.

Article précédentTrophée Jacques Léglise, les équipes de joueurs
Article suivantTom Kim : Je veux être comme Tiger Woods