Accueil Dernières minutes L'International La police de Mayence en Allemagne a accédé illégalement à des données...

La police de Mayence en Allemagne a accédé illégalement à des données personnelles grâce à l’application de suivi

0

MAGUNCIA, 9 janv. (EP / DPA) –

Le parquet de Mayence, une ville située dans le sud-ouest de l’Allemagne, a reconnu que la police locale avait accédé illégalement aux données personnelles des citoyens via l’application de suivi des infections à coronavirus, Luca-App, lors d’une enquête sur un décès.

L’agence a expliqué que l’utilisation de ces données a été effectuée sans tenir compte des bases légales en la matière, pour lesquelles elle a présenté ses excuses aux 21 témoins potentiels qui ont été contactés par téléphone par la police.

Luca-App a été conçue pour permettre aux restaurateurs et aux organisateurs d’événements de gérer plus facilement numériquement le registre des participants, ce qui est requis par la loi allemande.

Selon les informations de la radio régionale Radio SWR, l’enquête policière a débuté fin novembre dernier pour élucider les causes de la chute d’un homme sortant d’un restaurant, à la suite de laquelle, quelques jours plus tard, il est décédé.

Cependant, les données personnelles contenues dans l’application ne peuvent pas être utilisées à des fins criminelles. « Nous regrettons l’utilisation abusive des données applicatives collectées pour contrôler les infections », a déclaré la société Culture4Life, à laquelle appartient Luca.

Lire aussi:   Total et Chevron annoncent leur retrait de Birmanie en raison de la détérioration de la situation des droits de l'homme après le coup d'État.

L’entreprise a fait valoir que ce type d’informations ne peut être fourni à « l’autorité sanitaire correspondante » que tant que celles-ci et les entreprises impliquées sont d’accord.

Dans ce cas, on soupçonne qu’une contagion au coronavirus aurait pu être simulée à la demande de la Police, et le consentement de l’entreprise aurait également été obtenu pour fournir ces données.

De son côté, le Parquet a assuré qu’« il sera garanti que les données pertinentes ne seront plus utilisées », en même temps qu’il a confirmé que, pour le moment, il n’a pas connaissance d’autres situations de ce genre.

Article précédentLe Barça s’essouffle à Grenade
Article suivantAmnesty International exhorte Biden à « honorer son engagement » de fermer la prison de Guantánamo.