Accueil Dernières minutes L'International La participation au dernier référendum d’indépendance en Nouvelle-Calédonie diminue par rapport aux...

La participation au dernier référendum d’indépendance en Nouvelle-Calédonie diminue par rapport aux précédents plébiscites

0

Paris :, 12 déc. (Cinktank.com) –

La participation au troisième et dernier référendum d’autodétermination sur le territoire français de la Nouvelle-Calédonie s’élève, quasiment en fin de journée, à 41,6% à 17h00 locales, selon les données de la Haute commission électorale, en moins de fréquentation que les deux éditions précédentes.

Pour se faire une idée, 79,63 % de la population avait déjà voté en 2020 et 73,68 % en 2018, selon le portail d’information Outremers 360. Les deux référendums ont abouti au triomphe du « non » à l’indépendance avec 56,7% et 53,3%. .

En principe, des dizaines de milliers de personnes ont été appelées à reprendre la parole si elles veulent se désolidariser définitivement d’une métropole située à 17.000 kilomètres, dans un contexte marqué par les tensions politiques internes et la pandémie de COVID-19.

Les Accords de Matignon, qui ont jeté les bases du processus de décolonisation et de réconciliation entre les communautés Caldoche et Canaca après des années de combats, ont établi une série de consultations qui se sont achevées en 1998.

Selon cet accord, non seulement un référendum pouvait être organisé pour demander aux Néo-Calédoniens s’ils voulaient devenir indépendants, mais un maximum de trois en cas d’échec des deux premiers. Il s’agirait de votes successifs et pratiquement sans variations.

Lire aussi:   L'Ukraine cite la Russie devant l'OSCE pour la présence de troupes à la frontière

Les Néo-Calédoniens devront à nouveau répondre à la même question : « Voulez-vous que la Nouvelle-Calédonie ait la pleine souveraineté et soit indépendante ? Si le « oui » triomphe, les 271 000 habitants de cet archipel cesseront d’être des habitants de la France au terme d’une transition qui durera au moins un an et demi et si le « non » triomphe, les parties devront négocier un nouveau « statu quo ».

Ce territoire d’outre-mer comporte déjà de nombreuses particularités par rapport à la France métropolitaine, avec sa propre monnaie – le franc CFP – et une autonomie politique et économique qui comprend, par exemple, son propre régime de sécurité sociale.

LE FACTEUR ÉPIDÉMIOLOGIQUE

Lors du troisième référendum, cependant, le virus SARS-CoV-2 s’est introduit en tant qu’invité indésirable. La Nouvelle-Calédonie est restée relativement épargnée par les grandes vagues de la pandémie de COVID-19 qui ont été vécues dans d’autres régions du monde, mais l’irruption de la variante delta a laissé des chiffres sans précédent, avec quelque 270 décès en seulement six semaines.

Lire aussi:   La pandémie de coronavirus fait désormais plus de six millions de morts dans le monde

À tel point que les indépendantistes ont exigé que l’État français accepte de retarder d’un an la consultation. Ayant rejeté cette demande, ils ont prévenu qu’ils ne participeraient pas au vote et, par conséquent, ne reconnaîtraient pas leurs résultats, car ils considèrent que les conditions d’une campagne équitable avant le vote ne sont pas réunies.

Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, qui s’est rendu en Nouvelle-Calédonie pour suivre ce rendez-vous, a précisé que la non-participation n’entache en rien la validité du résultat. Dans une récente interview accordée à Europe 1, il a reconnu que l’abstention est « un droit de la démocratie », mais a été sans détour lorsqu’il a demandé si elle aurait un effet juridique : « La réponse est non ».

Article précédentLe Japon envisage de se joindre au boycott des Jeux olympiques d’hiver de Pékin pour protester contre les violations des droits de l’homme.
Article suivantNaftali Bennett se rend aux Émirats arabes unis pour la première visite d’un Premier ministre israélien après la normalisation des relations.