Accueil Dernières minutes L'International La France annonce la mort d’un haut responsable de l’Etat islamique impliqué...

La France annonce la mort d’un haut responsable de l’Etat islamique impliqué dans l’exécution de six humanitaires au Niger

0

Paris :, 21 décembre (Cinktank.com) –

Les autorités françaises ont annoncé mardi la mort d’un membre éminent du groupe djihadiste État islamique au Grand Sahara (EIGS) qui aurait été à l’origine du meurtre de six humanitaires en août 2020 dans l’ouest du Niger.

L’état-major de l’armée française a indiqué dans un communiqué que le suspect, identifié comme Soumana Boura, est décédé lors d’une opération menée lundi « en coordination avec les autorités nigérianes » dans « une zone sanctuaire de l’ISGS au nord de la ville de Tillabéri ».

Ainsi, il a souligné qu’après avoir été « formellement identifié », il a été « neutralisé » dans un bombardement, avant de préciser que cette opération s’inscrit dans la stratégie militaire lancée après le sommet de Pau en janvier 2020.

« Le partenariat de combat avec nos partenaires sahéliens et le maintien d’un rythme opérationnel élevé nous permettent de continuer à frapper l’ISGS et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (JNIM) », a-t-il souligné dans le communiqué, dans lequel il a souligné sa « détermination » à la lutte contre le terrorisme.

Il a également souligné que Boura dirigeait un groupe de « plusieurs dizaines de combattants » au sein de l’ISGS dans la région de Gober Boutou et Firo, dans l’ouest du Niger et l’a accusé du meurtre des six citoyens français dans le parc de Kouré. .

Lire aussi:   HRW appelle les États-Unis et la Corée du Sud à négocier avec la Corée du Nord sur les droits de l'homme

« Cela faisait partie du commandement qui, sur ordre d’Abou Ualid al Saharaui, neutralisé par la force ‘Barkhane’ en août 2021, a froidement exécuté huit personnes, six Français et leurs deux compagnons nigériens dans le parc de Kouré, au sud-est de Niamey » .

La mort de Boura survient après plusieurs hauts responsables de l’ISGS ces derniers mois, dont Al Sahraoui lui-même, qui était l’« émir » du groupe djihadiste. En juin, Dadi Ould Chaib, dit « Abu Dardar », Sidi Ahmed Ould Mohamed, alias « Jataba al Mauritani », ont été arrêtés.

Dans cette opération, Almahmud ag Baye, alias ‘Ikaray’, considéré comme un haut responsable de l’ISGS, est décédé en juillet, tandis qu’Isa al Saharaui, le coordinateur logistique du groupe et chef de l’ISGS au Mali, est décédé en juillet, et Abu Abderahman al Saharaui,’ numéro deux’ de l’ISGS, tel qu’il a été recueilli par l’état-major général de l’armée française.

Les six victimes gauloises travaillaient pour l’ONG ACTED et étaient en vacances lors d’une visite à la réserve naturelle de Kouré. Avec eux, le conducteur du véhicule dans lequel ils circulaient et un guide, tous deux de nationalité nigériane, ont également perdu la vie. Après cela, le parquet antiterroriste français a annoncé l’ouverture d’une enquête sur le meurtre, tandis que le Niger a étendu l’état d’urgence en vigueur dans cette zone du pays.

Lire aussi:   La Grèce annonce qu'elle va signer un accord avec la France sur l'achat des trois frégates Belharra

La région de Tillabéri est située dans ce qu’on appelle la « zone des trois frontières », car elle borde le Burkina Faso et le Mali. Cette région du pays a été particulièrement secouée par des attaques djihadistes ces dernières années.

En revanche, la région de Diffa, baignée par le lac Tchad et située au sud du pays africain, est le théâtre d’attaques à une fréquence relative de Boko Haram et de sa scission, l’État islamique en Afrique de l’Ouest (ISWA).

Article précédentInterview : Un cadre supérieur de Zoom parle du travail à domicile, du  » zoom  » et de bien d’autres choses encore.
Article suivantTennys Sandgren critique Andrea Gaudenzi : il devrait être licencié.