Accueil Dernières minutes L'International La Floride envisage de supprimer le régime fiscal spécial de Disney après...

La Floride envisage de supprimer le régime fiscal spécial de Disney après les critiques formulées à l’encontre de la loi « Don’t Say Gay ».

0

Paris, 19 avr. (Cinktank.com) –

Le gouverneur républicain de Floride, Ron DeSantis a demandé mardi à ses collègues d’étudier la possibilité de retirer à Disney le régime spécial qui permet à l’entreprise d’agir comme une sorte de gouvernement local, qui comprend sa propre fiscalité, en raison de ses critiques de la loi dite « Don’t say gay », qui interdit de parler de la diversité sexuelle dans les écoles primaires.

Ce régime fiscal, qui remonte à 1967, a notamment permis à l’entreprise d’économiser des centaines de millions d’impôts. Par le biais du « Reedy Creek Improvement District », situé aux frontières d’Orange et d’Osceola, Disney a été autorisé à être responsable de l’établissement et du maintien des services municipaux, et non les contribuables de ces deux comtés.

Cependant, DeSantis a noté mardi que le Congrès de Floride, à majorité républicaine, votera cette semaine pour savoir s’il faut mettre fin à tous les districts spéciaux de ce type qui ont été promulgués dans l’État avant 1968, « y compris le Reedy Creek Improvement District ».

Lire aussi:   La Lettonie convoque le chargé d'affaires russe pour la reconnaissance des républiques de Donetsk et Lougansk

Les républicains et les démocrates des deux chambres ont reconnu que l’initiative du gouverneur s’inscrit dans le cadre d’une vendetta contre Disney, après que la société a publiquement manifesté son rejet de cette loi controversée qui interdit de parler de la diversité sexuelle dans les écoles de l’État.

DeSantis a choisi ce qui semble être le meilleur moment pour s’attaquer au plus grand employeur privé du pays et à un symbole américain, alors qu’il est dans une position particulièrement puissante à la tête de l’État de Floride, avec des cotes de popularité chez les républicains qui n’ont rien à envier à celles de l’ancien président Donald Trump, qui pourrait lui passer le relais si ses aspirations à revenir à la Maison Blanche ne prospèrent pas.

Pour certains démocrates, ces actions ne sont que des moyens de détourner l’attention du public des véritables problèmes. « Nous devrions être en train de réparer l’assurance des biens, mais au lieu de cela nous sommes en train de nous battre avec Disney, a déclaré le député Dan Daley, qui préconise d’autres modes de relation que la vengeance.

Lire aussi:   López Obrador et Biden tiennent une réunion virtuelle sur les migrations à l'approche du Sommet des Amériques
Article précédentLa femme de Spieth l’aide à gagner
Article suivantLe manoir de golf de Mark Wahlberg