Accueil Dernières minutes La DGAC rétablit le test de l’analyseur d’haleine pour tout le personnel...

La DGAC rétablit le test de l’analyseur d’haleine pour tout le personnel aéronautique, à partir du 15 octobre.

0

Tout le personnel de bord, y compris les pilotes et les membres du personnel de cabine, devra se soumettre à un alcootest à partir du 15 octobre, la DGAC ayant levé les restrictions qui étaient en vigueur en raison de la pandémie. Dans le cadre de la pandémie, l’analyseur d’haleine qui permet de vérifier si un membre de l’équipage a consommé de l’alcool a été limité à 50 % du personnel de l’avion.

En outre, à la suite d’une ordonnance rendue par la Haute Cour de Delhi en mai 2021, le nombre d’alcootests pouvant être effectués en une heure a été limité à six. La Direction générale de l’aviation civile (DGAC) a supprimé ces restrictions après que le tribunal a modifié son ordonnance de mai 2021.

Avec les derniers changements, tous les membres d’équipage de vol et de cabine seront soumis à l’alcootest à partir du 15 octobre, selon un ordre de la DGAC. Compte tenu de la réduction du nombre de cas de coronavirus et de l’augmentation du volume du trafic aérien, ainsi que de la dispense accordée par le tribunal, la DGAC a déclaré que l’alcootest lié aux exigences de l’aviation civile (CAR) pour le personnel des avions a été rétabli.

Lire aussi:   Honda 2-Wheelers India lancera le nouveau modèle BigWing demain

Lire aussi : De la fumée s’échappe du vol Air India Express Muscat-Cochin, les passagers sont évacués.

Dans le cadre des précautions à prendre, le régulateur a déclaré que l’alcootest devait, dans la mesure du possible, être effectué dans une zone plus grande et ouverte, couverte par une télévision en circuit fermé ou par une caméra. Les médecins, le personnel paramédical et les infirmières, entre autres, qui sont autorisés à effectuer le test doivent d’abord vérifier si la personne présente des symptômes d’infection à coronavirus.

« Si une personne est détectée avec les symptômes du COVID-19, elle sera exemptée du test BA (Breath Analyser) et sera retirée du service. « Cette personne est soumise à l’examen requis et ne reprend son service qu’après avoir été déclarée apte. Des registres doivent être tenus pour tous ces cas », a déclaré la DGAC.

Le régulateur a également déclaré que ces cas ne devaient pas être traités comme des cas d’absence d’alcootest. En outre, la personne effectuant le test doit effectuer un test rapide à l’antigène ou tout autre test approuvé pour le COVID-19 avant de rejoindre le service pour le test.

Lire aussi:   Valence et le Rayo tentent de se qualifier pour la Copa Libertadores, tandis qu'Elche et Levante font leurs débuts avec Francisco et Lisci.

Tous les équipements d’analyse de l’haleine doivent être désinfectés à l’aide de stérilisateurs UV, et l’intégrité, ainsi que l’état sanitaire des tubes de test/embouts de l’analyseur d’haleine, doivent être maintenus, selon la DGCA. Les conditions de limitation du nombre de tests à six par heure et l’exigence du port d’un kit EPI par le personnel médical impliqué dans la réalisation du test ont été supprimées.

Le rétablissement des normes relatives aux alcootests sera effectif à partir du 15 octobre, car les compagnies aériennes et les autres entités concernées ont eu le temps de mettre en place les dispositions nécessaires pour les tests. La DGAC a rétabli le RAC relatif aux procédures d’examen médical du personnel des aéronefs en cas de consommation d’alcool.

Lire tous les Dernières nouvelles automobiles et Dernières nouvelles ici

Article précédentSensationnel : après Juve-Salernitana, la Serie A change les règles du hors-jeu !
Article suivantPouvez-vous trouver le pélican dans cette image en 15 secondes ? Explication et solution de l’illusion d’optique