Accueil Dernières minutes La DGAC publie des directives pour prévenir les collisions aériennes avec les...

La DGAC publie des directives pour prévenir les collisions aériennes avec les oiseaux

0

L’autorité indienne de régulation de l’aviation, la Direction générale de l’aviation civile (DGCA), a publié une nouvelle série de directives à l’intention des exploitants d’aéroports afin de prévenir les collisions entre des avions et des oiseaux ou d’autres animaux, à la suite de récents incidents de ce type.

Selon les directives de la DGCA, les exploitants d’aérodrome sont tenus de déployer un large éventail de méthodes et de techniques pour minimiser les collisions entre la faune sauvage et les avions, notamment en effectuant des patrouilles de routine selon des schémas aléatoires, en informant les pilotes en cas d’activité de la faune sauvage, en effectuant une surveillance régulière pour repérer les animaux sauvages dangereux et en enregistrant et en contrôlant les données relatives aux mouvements de la faune sauvage et des oiseaux.

Il est recommandé de surveiller régulièrement les bâtiments et autres infrastructures pour détecter la présence de nids et de perchoirs, ainsi que de procéder à une taille régulière pour se débarrasser de la croissance dense.

La DGAC a également demandé aux exploitants d’aérodromes un rapport mensuel sur les mesures prises.

Lire aussi : Le vol Go First fait un atterrissage d’urgence à Coimbatore en raison d’une  » fausse alerte « .

La circulaire, intitulée « Management of potential wildlife hazards at licensed aerodromes » (gestion des risques potentiels liés à la faune sauvage sur les aérodromes sous licence), indique que « l’activité des oiseaux et des animaux à l’intérieur et autour d’un aérodrome est une source potentielle de danger pour la sécurité d’exploitation des aéronefs et la possibilité de collision entre un aéronef et des oiseaux/animaux. Les collisions avec la faune sauvage constituent une menace importante pour la sécurité des vols et ont provoqué un certain nombre d’accidents et d’incidents en Inde ».

Lire aussi:   Gmail va bientôt subir un grand changement : tous les détails

Il y a eu plusieurs incidents d’impacts d’oiseaux au cours des dernières semaines. Le 4 août, le vol de Go First à destination de Chandigarh est retourné à Ahmedabad le jeudi après avoir été touché par un oiseau.

Le 19 juin, un moteur d’un avion de SpiceJet à destination de Delhi transportant 185 passagers a pris feu peu après son décollage de l’aéroport de Patna et l’avion a fait un atterrissage d’urgence quelques minutes plus tard. Le moteur a mal fonctionné à cause d’un impact d’oiseau.

Les règles relatives aux aéronefs interdisent le dépôt d’ordures et l’abattage d’animaux susceptibles d’attirer la faune sauvage dans un rayon de 10 km autour d’un aéroport.

« Sur l’aérodrome, l’objectif principal est de faire évoluer le comportement des animaux sauvages afin qu’ils ne pénètrent pas dans les zones de sécurité critiques où opèrent les avions. La gestion de l’habitat est probablement la méthode la plus importante pour prévenir ou réduire les impacts de la faune sur et autour d’un aérodrome. Les modifications de l’habitat ou de l’environnement de l’aérodrome visant à éliminer ou à exclure la nourriture, l’eau et les abris peuvent limiter l’attrait des oiseaux et des autres animaux sauvages sur l’aérodrome », a-t-il ajouté.

Lire aussi:   Quelle quantité d'exercice doit faire un jeune handicapé ?

Les aéroports doivent disposer d’une procédure de surveillance et d’enregistrement des données relatives aux mouvements de la faune, précise le rapport. Les aéroports doivent également disposer d’une procédure permettant d’avertir les pilotes « en cas de concentration ou d’activité importante de la faune sauvage à l’intérieur et à proximité de l’aéroport ».

Les patrouilles de routine sont au cœur du programme de gestion des risques liés à la faune sauvage, a-t-il ajouté. Les patrouilles doivent être effectuées de manière aléatoire plutôt qu’en suivant un itinéraire régulier, afin que les animaux sauvages n’apprennent pas à connaître le moment des patrouilles ou ne s’y habituent pas, ajoute le rapport.

Il a été conseillé aux exploitants d’aéroports d’établir une procédure pour informer les pilotes en cas de concentration ou d’activité importante d’animaux sauvages dans ou à proximité d’un aérodrome. Des inspections de sécurité des pistes devront être effectuées ainsi que d’autres patrouilles de gestion des risques liés à la faune.

L’autorité de régulation a émis deux moyens – gestion passive et active – pour contrôler ce problème qui s’aggrave pendant la mousson, lorsque les activités de la faune sauvage augmentent et  » constituent une menace sérieuse pour la sécurité opérationnelle des aérodromes « . La plupart des incidents liés à la faune sauvage se produisent lors de la phase critique du vol et entraînent des dommages structurels à l’aéronef ».

Lire l’article Dernières nouvelles et Dernières nouvelles ici

Article précédentISPS, Ewen Ferguson conserve son leadership
Article suivantGreg Norman : Une chose m’empêche de dormir la nuit