Accueil Dernières minutes La DGAC modifie les règles relatives au transport aérien des personnes handicapées

La DGAC modifie les règles relatives au transport aérien des personnes handicapées

0

Afin de faciliter l’embarquement et le vol des personnes handicapées (Divyangjan), le régulateur de l’aviation, la Direction générale de l’aviation civile (DGCA), a modifié les règles.

La section 3 de la série M, partie I du RAC (Civil Aviation Requirement) intitulée « Transport aérien – Personnes handicapées (Divyangjan) et/ou personnes à mobilité réduite » a été modifiée le 21 juillet afin d’améliorer l’accessibilité de l’embarquement et du vol pour les personnes handicapées (Divyangjan), a déclaré un haut responsable de la DGAC.

La modification proposée a été effectuée au paragraphe 4.1.35 du RAC.

« Les compagnies aériennes ne doivent pas refuser le transport d’une personne sur la base d’un handicap et/ou d’une mobilité réduite. Toutefois, si une compagnie aérienne estime que l’état de santé d’un tel passager risque de se détériorer en vol, ce dernier devra être examiné par un médecin en personne – qui, dans son avis, déclarera catégoriquement l’état de santé et si le passager est apte à prendre l’avion ou non.

Lire aussi:   Journée internationale de la couverture sanitaire universelle 2021 : thème, histoire et signification

« Après avoir obtenu l’avis médical, la compagnie aérienne prend une décision appropriée concernant le transport de ces passagers. En cas de refus de transport par la compagnie aérienne, celle-ci doit informer immédiatement le passager par écrit en lui indiquant les raisons de ce refus », a déclaré la DGAC.

Le mois dernier, une compagnie aérienne privée avait refusé d’embarquer un passager ayant des besoins particuliers parce qu’il était perçu comme étant dans un état de panique et considéré comme un risque pour la sécurité.

Lire tous les Dernières nouvelles et Dernières nouvelles ici

Article précédentChampionnat d’Evian, Minjee Lee défend son titre
Article suivantPlus d’un million de passagers aériens ont profité du programme UDAN