Accueil Dernières minutes L'International La Corée du Nord confirme le lancement d’un missile hypersonique mercredi.

La Corée du Nord confirme le lancement d’un missile hypersonique mercredi.

0

Paris :, 6 janv. (Cinktank.com) –

Les autorités nord-coréennes ont confirmé les informations de la Corée du Sud faisant état d’un lancement de missile, précisant qu’il s’agissait d’un essai de « missile hypersonique ».

Le projectile a parcouru environ 700 kilomètres et a effectué une manœuvre latérale d’environ 120 kilomètres pour finalement atteindre sa cible « sans erreur », selon l’agence de presse nord-coréenne, KCNA, rapporte l’agence de presse sud-coréenne, Yonhap.

De leur côté, les autorités nord-coréennes se sont déclarées satisfaites des résultats de l’essai et ont reconnu le travail du département de recherche scientifique de la défense.

Cependant, ni le dirigeant nord-coréen, Kim Jong Un, ni le secrétaire du Parti des travailleurs, Park Jeon Cheon, n’ont assisté au lancement, alors que ce dernier était en charge des questions militaires et logistiques.

Les chefs d’état-major interarmées sud-coréens ont mis en garde mercredi contre le lancement d’un projectile non identifié par la Corée du Nord dans les eaux de la mer du Japon – connue en Corée sous le nom de mer de l’Est.

Lire aussi:   24 morts et plus de 300 000 personnes déplacées par le typhon Rai aux Philippines

Le gouvernement japonais a également reconnu le lancement de ce qu’il a appelé un possible missile balistique depuis la côte nord-coréenne, tout en soulignant que le missile avait atterri en dehors de sa zone économique exclusive.

De même, le commandement américain pour l’Indo-Pacifique a déclaré qu’il était « conscient du lancement d’un missile balistique » et qu’il analysait s’il « représente une menace immédiate pour le personnel ou le territoire américain ».

Depuis les Nations unies, le porte-parole du Secrétaire général, Stéphane Dujarric, a exhorté la Corée du Nord à reprendre les pourparlers avec les autres nations.

« Les pourparlers diplomatiques restent la seule voie vers une paix durable et la dénucléarisation complète et vérifiable de la péninsule coréenne », a déclaré Dujarric lors d’une conférence de presse.

Il s’agit de la première démonstration de force militaire de Pyongyang en 2022 et elle intervient 78 jours après le dernier lancement d’un missile balistique depuis un sous-marin, le 29 octobre.

La Corée du Nord fait l’objet de sanctions internationales en raison de son programme d’armement nucléaire, les résolutions des Nations unies interdisant les essais de missiles balistiques.

Lire aussi:   Kim Jong Un préside la session plénière du Parti des travailleurs à Pyongyang.

Elle a également passé des années à développer des missiles capables d’atteindre non seulement la Corée du Sud et le Japon, mais pouvant transporter des ogives jusqu’aux États-Unis, et s’est déclarée puissance nucléaire.

Article précédentL’Ukraine affirme que la Russie « n’a pas le droit de diviser l’Europe » en « zones d’influence »
Article suivantL’Allemagne et les États-Unis réaffirment leur alliance face au « défi lancé par la Russie à la paix de l’Europe ».