Accueil Dernières minutes L'International La Bolivie accuse l’OEA d’être impliquée dans le « coup d’État » qui a...

La Bolivie accuse l’OEA d’être impliquée dans le « coup d’État » qui a eu lieu dans le pays en novembre 2019.

0

Paris, 11 juin (Cinktank.com) –

Le ministre bolivien des Affaires étrangères, Rogelio Mayta, a accusé vendredi l’Organisation des États américains (OEA) de participer à des événements « tels que le coup d’État survenu en Bolivie » en novembre 2019, et a appelé au respect de la Charte de l’organisation.

« Dans notre expérience douloureuse, l’OEA a participé à des événements tels que le coup d’État survenu en Bolivie en novembre 2019, qui a consolidé un gouvernement de facto basé sur la répression violente de la protestation sociale », a déclaré Mayta lors de son discours au IXe Sommet des Amériques, qui se tient dans la ville américaine de Los Angeles, a rapporté « Correo del Sur ».

Mayta a rappelé que « le postulat fondamental » de la Charte de l’OEA exprime le droit de chaque nation à choisir son système politique, économique et social sans interférence extérieure.

De même, le chef de la diplomatie bolivienne a mis en avant une déclaration du Conseil latino-américain pour la justice et la démocratie (CLAJUD) dans laquelle l’organisme exhorte la communauté internationale à soutenir une enquête sur le « coup d’État » qui a eu lieu dans le pays sud-américain en novembre 2019.

« Nous soulignons la déclaration de CLAJUD qui ‘exhorte la communauté internationale à soutenir le processus de mémoire, de vérité et de justice’ établi en Bolivie pour clarifier le coup d’État et les graves violations des droits de l’homme qui ont eu lieu en 2019 », a déclaré Mayta sur son compte Twitter.

Lire aussi:   L'Iran affirme que les parties sont "plus proches que jamais" d'un accord sur le nucléaire de 2015

Bukele décrit l’OEA comme le « ministère des colonies » des États-Unis.

Par ailleurs, le ministre bolivien des Affaires étrangères a regretté que le Sommet des Amériques « ait cessé d’être un point de rencontre pour tous les pays des Amériques », et s’est interrogé sur l’absence de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua. « Nous perdons tous la possibilité de nous comprendre au milieu de nos différences, de discuter et de nous comprendre », a-t-il ajouté.

Il a également saisi l’occasion pour reprocher aux Etats-Unis leur décision d’exclure ces trois pays. « Le fait que les États-Unis accueillent ce sommet ne leur donne pas le pouvoir de procéder à des exclusions qui sapent l’esprit de la Charte des Nations unies et d’autres documents fondamentaux pour les relations internationales », a-t-il ajouté.

Article précédentLes États-Unis s’engagent, lors du Sommet des Amériques, à réinstaller 20 000 réfugiés américains sur deux ans.
Article suivant« Tiger Woods, un pro incomparable »