Accueil Dernières minutes Sport Je me fiche de ce que les gens pensent : Kyrgios avant...

Je me fiche de ce que les gens pensent : Kyrgios avant les quarts de finale de Montréal

0

En s’appuyant sur sa finale à Wimbledon, son succès à Washington et surtout son test de survie avec Daniil Medvedev. Dit, fait pour Nick Kyrgios qui a surmonté sans difficulté particulière le derby avec Alex De Miñaur au pied des quarts de finale du ‘1000’ de Montréal.

« Ce n’est jamais facile de jouer contre un ami », a-t-il déclaré lors de sa conférence de presse. « Pendant la journée, je ne me sentais pas très bien, donc je suis surpris par la performance que j’ai réussi à avoir pendant le match.

J’ai parfaitement suivi le plan de match et je suis très satisfait de ce que je fais », a-t-il répété avec beaucoup de confiance. « En ce moment, je suis le plus confiant possible, même si je suis fatigué. Je frappe toujours très bien la balle et je sers comme d’habitude, mais je suis particulièrement satisfait de la façon dont je me comporte depuis la ligne de fond dans les longs échanges.

Lire aussi:   Dijana Djokovic : Novak ne savait pas qu'il était séropositif lorsqu'il a participé à des événements à Belgrade

Il y a beaucoup de choses qui me poussent à trouver la bonne motivation, mais évidemment je suis fatigué », a-t-il confirmé à la veille de son match de quart de finale contre Hubert Hurkacz.

Kyrgios : je me fiche que les gens ne m’aiment pas

Kyrgios a confirmé qu’il a ressenti le changement du Centre Court au Court 1 avec un voile de controverse.

« Ils auraient pu me donner plus de temps pour m’adapter. Disons que je veux finir le plus vite possible, qu’on gagne ou qu’on perde. Terminer le match et partir était un soulagement, je ne peux pas dire que j’ai aimé ça du tout ».

Le talentueux Australien a poursuivi en analysant sa personnalité en dehors du terrain. Un personnage sans demi-mesure, mais authentiquement sincère. « Je m’en fous si les gens ne m’aiment pas. S’ils n’aiment pas mon tennis, ma façon de m’habiller ou ma façon d’être sur le terrain.

Depuis le début de ma carrière, tout le monde a une image de moi dérivée de la façon dont je me comporte quand je joue. Une image qui ne pourrait pas être plus éloignée de la réalité. Ce que vous voyez sur le terrain ne reflète pas mes valeurs en dehors du terrain et les gens qui m’entourent le savent parfaitement.

Lire aussi:   La Banque du Canada a abandonné Dustin Johnson

Je crois aussi que pour être un sportif accompli, il faut avoir deux personnalités distinctes : une sur le terrain et une autre en dehors. Vous ne pouvez pas être une personne super généreuse et gentille sur et en dehors du terrain, si j’étais comme ça, je serais un très mauvais joueur », a-t-il conclu.

Article précédentSimona Halep : Personne n’atteindra le niveau atteint par Serena Williams
Article suivantLe Xpulse 300 de Hero MotoCorp a été repéré lors d’essais au Ladakh.